A Toulouse, une mère dénonce le sort des autistes du haut d'une grue

La banderole d\'Estelle Ast, mère d\'un enfant autiste, grimpée en haut d\'une grue de Toulouse, le 21 mars 2014.
La banderole d'Estelle Ast, mère d'un enfant autiste, grimpée en haut d'une grue de Toulouse, le 21 mars 2014. (MATHILDE LABAN / FRANCE 3 MIDI-PYRÉNÉES)

Mère d'un enfant autiste de 8 ans, elle demandait une meilleure prise en charge éducative.

Une femme de 39 ans, mère d'un enfant autiste de 8 ans, a grimpé en haut d'une grue dans le centre-ville de Toulouse, vendredi 21 mars. Elle dénonçait le sort réservé aux autistes en France et demandait une meilleure prise en charge éducative.

Estelle Ast est montée vers 4 heures du matin au sommet de cet engin de chantier et a déployé, à côté du poste de commandes, une banderole sur laquelle était écrit : "Autisme, arrêtez le carnage." Elle est finalement descendue en début d'après-midi, avec l'aide de sapeurs-pompiers spécialisés, après avoir reçu des assurances du rectorat sur son cas.

Son fils privé d'auxiliaire de vie scolaire ?

"En ce qui me concerne, la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'est quand j'ai appris il y a deux jours que le contrat de l'auxiliaire de vie scolaire qui accompagne mon fils à l'école allait prendre fin en mai 2014, soit deux mois avant la fin de l'année scolaire", avait-elle détaillé par téléphone.

"Partout dans le monde, à part en France et en Argentine, on pratique la prise en charge éducative ABA ("Applied Behaviour Analysis", analyse appliquée du comportement). Ça fait bien progresser les enfants", avait-elle expliqué. Selon elle, seulement 2% des enfants autistes en France sont scolarisés, contre 50% en Angleterre.

 

Vous êtes à nouveau en ligne