A quoi sert la Fête de l'Huma ?

Des drapeaux agités pendant le discours du directeur du patron de \"L\'Humanité\", Patrick Le Hyaric, le 13 septembre 2014, lors de la Fête de l\'Huma.
Des drapeaux agités pendant le discours du directeur du patron de "L'Humanité", Patrick Le Hyaric, le 13 septembre 2014, lors de la Fête de l'Huma. (CITIZENSIDE/BERNARD M?NIGAULT / AFP)

La 80e édition de cet événement organisé par le Parti communiste se tient du 11 au 13 septembre, à La Courneuve, près de Paris. Au programme : des concerts, un discours du secrétaire général du PC et une apparition de Yanis Varoufakis.

Elle reste un grand rassemblement populaire et festif. La Fête de L'Huma tient sa 80e édition jusqu'au dimanche 13 septembre à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, et attend quelque 200 000 visiteurs par jour. A quoi sert encore ce grand rendez-vous du Parti communiste ?

A se rassembler en écoutant de la musique 

La Fête de l'Huma reste le dernier grand festival en plein air de l'été. Il présente cette année une programmation assez classique, mêlant Manu Chao, Juliette Gréco, Tiken Jah Fakoly et plusieurs têtes d'affiche de la scène rap. "Solo voy con mi pena/Sola va mi condemna...": le célébrissime Clandestino de Manu Chao, composé en 1998, va faire écho à l'actualité brûlante des réfugiés samedi soir. L'ex-Mano Negra revient à la Fête de l'Huma pour la première fois depuis 2009.

De retour de la Jamaïque où il a enregistré son dernier album, l'Ivoirien Tiken Jah Fakoly se produira également, samedi à 17 heures, sur la Grande scène, avec ses chansons engagées contre la "Françafrique", la corruption des élites africaines, les frontières artificielles et les divisions... Juliette Gréco, dont la carrière a commencé dans le Saint-Germain-des-Prés existentialiste de l'immédiat après-guerre avec Jean-Paul Sartre, donnera un concert dimanche à 13h30. Et il reviendra à la famille Chédid (Louis, Matthieu, Anna, Joseph) de tirer le rideau.

A se diviser en parlant de politique

Moins rassembleur, le rituel rendez-vous de La Courneuve va étaler les divisions des gauches radicales françaises et grecques. Le PCF de Pierre Laurent invite des fidèles d'Alexis Tsipras, tandis que Jean-Luc Mélenchon reçoit l'ex-ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis.

En effet,  à deux semaines de nouvelles élections en Grèce, la direction du PCF soutient toujours le parti de gauche radical Syriza et Alexis Tsipras. Malgré le "non" d'une majorité de Grecs au référendum sur les réformes exigées par les créanciers (baisse des retraites, forte hausse de la TVA, etc.), Alexis Tsipras a dû plier face aux exigences de la BCE et de l'UE.

L'ex-ministre des Finances Yanis Varoufakis, qui a dénoncé la "capitulation" d'Alexis Tsipras, participera, lui, à la Conférence européenne du plan B, lancée par Jean-Luc Mélenchon, cofondateur du Parti de gauche. Jean-Luc Mélenchon annonce aussi la présence d'Oskar Lafontaine, figure historique du parti allemand Die Linke.