"Déçu" par l'Assemblée, Stéphane Gatignon continue sa grève de la faim

Le maire EE-LV de Sevran (Seine-Saint-Denis), Stéphane Gatignon, en grève de la faim devant l\'Assemblée nationale, à Paris, le 9 novembre 2012.
Le maire EE-LV de Sevran (Seine-Saint-Denis), Stéphane Gatignon, en grève de la faim devant l'Assemblée nationale, à Paris, le 9 novembre 2012. (BERTRAND GUAY / AFP)

Les députés ont voté aujourd'hui une hausse de 50% de la dotation urbaine destinée aux villes pauvres. Pas suffisant pour le maire de Sevran. 

POLITIQUE – Il poursuit sa grève de la faim. Stéphane Gatignon, l'élu écologiste qui a cessé de s'alimenter depuis cinq jours pour défendre les "villes pauvres", a qualifié d'effort "minimal" la hausse de 50% de la dotation de développement urbain (DDU) bénéficiant aux 100 communes les mions riches. Adoptée par les députés mardi 13 novembre, celle-ci passera de 50 à 75 millions d'euros en 2013. 

Selon la chaîne BFMTV, le maire EE-LV de Sevran (Seine-Saint-Denis) se dit "déçu". Il réclame en effet un doublement de la DDU, à 100 millions d'euros, ainsi qu'une hausse de 180 millions d'euros de la Dotation de solidarité urbaine (DSU), destinée aux 250 villes les plus pauvres. Cette question doit encore être examinée par les députés. 

"Un considérable effort", selon Cahuzac

Selon Stéphane Gatignon, la hausse de la DDU à 75 millions d'euros ne va pas "régler le problème". "La DDU, c'est une aide pour que les villes les plus fragiles n'aient pas besoin d'avoir recours totalement aux banques, a-t-il expliqué. Pour Sevran, ça représente 700 000 euros. Si on avait pris un prêt, ça nous aurait coûté environ 50 000 euros par an de remboursement."

Cet "effort supplémentaire", introduit via un amendement gouvernemental lors du débat sur les crédits budgétaires des collectivités territoriales, s'ajoute à "un considérable effort de solidarité entre les territoires" déjà prévu dans le projet de budget 2013, a au contraire fait valoir le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac. 

Vous êtes à nouveau en ligne