20h la suite : le combat d'un maire pour sauver son école

L'an dernier, le 20h s'était rendu à Ganzeville en Seine-Maritime où le maire se battait pour éviter la fermeture de son école primaire. Désormais, seule une classe unique y est présente. 

En avril 2019, le village normand de Ganzeville (Seine-Maritime) et ses quelque 500 habitants se sont mobilisés pour sauver l'école primaire malgré les suppressions de classes. L'Éducation nationale avait fermé une des trois classes. A l'époque, le maire Jean-Marie Crochemore (divers-droite) craignait de perdre encore un niveau l'année suivante. C'est ce qui s'est produit cette année : avec la disparition d'une deuxième classe, l'école possède désormais une classe unique.

21 élèves au lieu de 56

Cette classe unique, qui regroupe des élèves de maternelle jusqu'au CM2, a effrayé certains parents qui ont scolarisé leurs enfants ailleurs. Il y a trois ans, l'école accueillait 56 élèves. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 21. Les parents sont conscients que la classe unique n'est pas simple, mais certains positivent, comme Frédérique Leroux, parent d'élève : "Les grands ça les responsabilise, les petits ça les fait grandir. Ce qui nous tenait à coeur, c’était de sauver l’école du village. Un village sans école, c'est un village qui meurt."

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne