Corbeil-Essonnes : les Roms ont quitté la maison de retraite qu'ils occupaient

Des Roms, menacés d\'expulsion, se sont installés à la maison de retraite Galignani du boulevard Henri-Dunant, à Corbeil-Essonnes (Essonne), le 25 mars 2013. 
Des Roms, menacés d'expulsion, se sont installés à la maison de retraite Galignani du boulevard Henri-Dunant, à Corbeil-Essonnes (Essonne), le 25 mars 2013.  (DAVID DA MEDA / FRANCE 2)

Menacés d'expulsion, ils avaient trouvé refuge dans un bâtiment désaffecté de l'établissement.

Ils occupaient la maison de retraite depuis lundi. Mardi 26 mars dans la soirée, les 170 Roms installés dans le bâtiment ont quitté les murs de la maison de retraite de Corbeil-Essonnes (Essonne).

Dans la journée, la police avait mis en place un cordon de sécurité pour éviter que d'autres personnes ne rentrent dans le bâtiment. "C'était impossible qu'ils restent car personne ne pouvait entrer leur apporter de la nourriture. C'est une forme subtile de pression de la part des autorités", a déclaré Colette Olczyk, de l'Association de solidarité en Essonne avec les familles roumaines et roms (ASEFRR). "Les choses ont empiré dans la journée, ils avaient faim. On ne pouvait pas apporter de lait pour les bébés. La situation ne pouvait pas se prolonger sans risque."

Plainte pour "occupation illégale"

Anticipant l'expulsion de leur camp, à Ormoy, qui devait avoir lieu mardi 26 mars au matin, ces 170 Roms, dont 90 enfants, avaient pris les devant en occupant cette maison de retraite.

Les occupants étaient arrivés lundi vers 19 heures dans la partie désaffectée de l'établissement, l'ancien hôpital de la villeUne plainte a été déposée contre un des responsables associatifs "pour occupation illégale", selon Françoise Jeuffroy, de l'ASEFRR.

Vous êtes à nouveau en ligne