11 caméras et 400 journalistes pour la première conférence de presse d'Hollande

Le président français, François Hollande, écoute un discours de son homologue arménien, à l\'Elysée, le 12 novembre 2012.
Le président français, François Hollande, écoute un discours de son homologue arménien, à l'Elysée, le 12 novembre 2012. (MARTIN BUREAU / AFP)

A partir de 17 heures, le président de la République donne sa première conférence de presse du quinquennat à l'Elysée. Francetv info détaille le dispositif prévu pour l'occasion.

POLITIQUE - Six mois presque jour pour jour après son investiture, François Hollande se livre, mardi 13 novembre, à sa première grande conférence de presse du quinquennat, sous les ors de la grande salle des fêtes de l'Elysée, "un grand classique de la Ve République", note Nathalie Saint-Cricq, chef du service politique de France 2.

Mal en point dans les sondages, le président doit faire face pendant près de deux heures à plusieurs centaines de journalistes lors de cette grand-messe. L'occasion pour le socialiste de "rompre avec la présidence normale" et de "se représidentialiser", analyse la journaliste politique. Francetv info va suivre en direct cette conférence de presse et diffuser sa vidéo en streaming. Une émission spéciale est prévue sur France 2 entre 16h30 et 19 heures. En attendant, voici un point sur le dispositif.

Une dizaine de caméras pour ne pas en rater une miette

Trois caméras portables doivent filmer les coulisses, à l'extérieur comme à l'intérieur de la salle des fêtes du palais présidentiel. Huit caméras seront chargées de ne rien rater des questions et réponses durant les deux heures prévues pour ce nouvel exercice médiatique du président de la République.

A 17 heures, le chef de l’État devrait commencer par une déclaration d'environ vingt minutes avant d'être interrogé par 400 journalistes français et étrangers accrédités pour la circonstance. Comme toujours, il y a fort à parier que chacun fera tout pour poser "sa" question. On se souvient qu'avec Nicolas Sarkozy, on avait frisé la foire d'empoigne. A priori, cette fois encore, aucun ordre particulier du questionnement n'a été prévu par l’Élysée.

L'Elysée, un lieu "normal"

Signe d'une nouvelle "normalité", François Hollande s'est finalement résolu à tenir sa conférence de presse à l'Elysée après avoir promis, au cours de sa campagne, qu'il se produirait en un lieu moins solennel, "où chacun sera finalement chez lui".

"Ça se fera dans un lieu neutre. Vous ne serez pas obligés de venir à l'Élysée, parce que je considère qu'il n'y a pas de raison qu'il y ait un domicile pour accueillir les journalistes", avait-il affirmé.

Pourquoi ce revirement ? L'Elysée, fait valoir un proche, "c'est le lieu de la décision, de tous les Français, la normalité n'empêche pas la solennité".

Un face-à-face avec les Français

Selon l'entourage du président, François Hollande "a beaucoup travaillé sur sa déclaration liminaire avec le secrétaire général de l'Elysée, Pierre-René Lemas, et son conseiller politique Aquilino Morelle". Il a aussi "demandé des notes à ses principaux collaborateurs sur les sujets d'actualité". Il n'a toutefois pas visionné de conférences de presse de ses prédécesseurs, a-t-on assuré.

"J'ai compris aussi que les Français voulaient me voir davantage en première ligne et m'impliquer personnellement", a-t-il confié dans un entretien à Marianne.

Vous êtes à nouveau en ligne