Finalement, Alain Juppé retire sa plainte après un faux tweet

Capture d\'écran du compte Twitter de \"Candide\", un jeune lycéen ayant publié l\'image d\'un faux tweet d\'Alain Juppé, dans la nuit du dimanche 5 au lundi 6 juin 2016.
Capture d'écran du compte Twitter de "Candide", un jeune lycéen ayant publié l'image d'un faux tweet d'Alain Juppé, dans la nuit du dimanche 5 au lundi 6 juin 2016. (CANDIDE / TWITTER / FRANCETV INFO)

Le candidat la primaire à droite "ne donnera pas suite" à la plainte qu'il avait déposée pour la diffusion de l'image d'un faux tweet humoristique en son nom.

La mobilisation des internautes autour du lycéen qui avait fait une blague sur Twitter a payé. Alain Juppé "ne donnera pas suite" à la plainte qu'il avait déposée pour la diffusion de l'image d'un faux tweet en son nom, indique mercredi 8 juin son entourage.  

Le maire de Bordeaux et candidat la primaire à droite pour la présidentielle avait porté plainte après avoir été alerté sur l'existence d'un faux tweet estampillé Alain Juppé dont l'image, sous forme de capture d'écran, circulait sur le réseau social dans la nuit de dimanche à lundi. "Un très bon ramadan à mes frères et soeurs en islam. Que la paix d'Allah soit sur vous", disait ce faux tweet.

L'affaire prend un tour "disproportionné"

Mais l'auteur de ce montage, un lycéen ardéchois de 17 ans, qui tweete à ses heures perdues sur le compte "Candide" (@_C_D_A), avait estimé mardi soir que l'affaire prenait un tour "disproportionné" avec l'annonce de cette plainte. "C'était plus une moquerie envers la 'fachosphère' qu'envers Alain Juppé", a-t-il expliqué. 

Son tweet a été repris par ses abonnés, et "compris comme tel" par eux, puis par des "petits sites de la 'fachosphère'", la nébuleuse d'extrême droite sur internet, qui l'ont "pris au sérieux", s'est-il défendu. Alain Juppé avait porté plainte lundi car "il fallait marquer le coup", expliquait-on dans son entourage.

Vous êtes à nouveau en ligne