Le Festival d'Avignon propose une partie de sa programmation initiale lors d'une "semaine d'art" à l'automne et un "rêve d'Avignon" virtuel en juillet

Le festival d\'Avignon a lieu chaque année dans la ville emblématique et notamment ici, au Palais des Papes.
Le festival d'Avignon a lieu chaque année dans la ville emblématique et notamment ici, au Palais des Papes. (CHRISTOPHE RAYNAUD DE LAGE)

En attendant la "semaine d'art" fin octobre, les plus impatients auront dès le mois de juillet "Un rêve d'Avignon", une ode à la création avec des programmes inédits diffusés sur les chaînes publiques.

Depuis 1947, la ville se transformait en scène de théâtre et accueillait des milliers de spectateurs. Le célèbre festival de théâtre d'Avignon, annulé cet été pour cause de coronavirus, va organiser en octobre une "semaine d'art" avec notamment cinq créations de sa programmation initiale et un spectacle du danseur espagnol Israel Galvan.

Cette semaine particulière (23-31 octobre) présentera 35 représentations dans différents lieux emblématiques du festival dans la ville d'Avignon, alors que la manifestation traverse "une période de reconstruction suite à une crise majeure", indique un communiqué qui évoque "un automne de retrouvailles".

Une programmation éclectique de la "Semaine d'art"

Parmi les créations, figurent Le jeu des ombres, mis en scène par Jean Bellorini, le directeur Théâtre National Populaire (TNP) à Villeurbanne, Le tambour de soie - Un Nô moderne, chorégraphié et mis en scène par les Japonais Kaori Ito et Yoshi Oida et Andromaque à l'infini, une adaptation signée du metteur en scène Gwenaël Morin.

Les deux autres créations sont une adaptation mi-théâtre mi-marionnettes de Moby Dick, le roman d'Herman Melville, par Yngvild Aspeli et Une cérémonie, de et par le groupe belge Raoul Collectif.

Et seront présentés en première en France Mellizo doble, spectacle de danse et de musique d'Israel Galvan, star internationale connue pour son approche hétérodoxe du flamenco, et la pièce Traces - discours aux nations africaines de l'écrivain et musicien sénégalais Felwine Sarr. Un tarif unique de billet a été fixé à 15 euros.

En juillet, un "rêve d'Avignon" sur les écrans pour les plus impatients

En attendant de découvrir l'initiative au mois d'octobre, le festival propose une programmation alléchante, du 3 au 25 juillet, ode au rêve et à la création. Point de balades et de spectacles dans les rues, ainsi, mais la volonté de défendre un patrimoine.

A l'initiative notamment de France Télévisions, France Culture et Arte, le festival deviendra brièvement Un rêve d'Avignon. Tous les jours de juillet, des créations de tous les horizons (fictions, spectacles, documentaires, podcasts...) seront diffusées à la télévision, sur les plateformes numériques des chaînes publiques et sur le site du festival. Antigone, Gatsby le Magnifique, Le Roi Lear ou encore Richard III feront partie des spectacles à (re)découvrir.

Inédit, le programme vise à recréer du lien entre le festival d'Avignon et ceux qui aimaient, chaque année, fouler le Palais des Papes et déambuler dans les rues de la ville. Un beau préambule avant les retrouvailles de l'automne, dont la programmation complète est à retrouver sur le site du festival d'Avignon

Vous êtes à nouveau en ligne