"Violeur de la Sambre" : l'enquête s'accélère

Déjà mis en examen pour 20 viols et agressions sexuelles, Dino Scala est soupçonné d'avoir fait une quarantaine de victimes supplémentaires.

C'est peut-être l'un des pires violeurs ayant sévi en France. Mis en examen il y a moins de trois mois pour 20 viols et agressions sexuelles, Dino Scala pourrait en fait être l'auteur du triple et avoir fait une soixantaine de victimes. C'est du moins la conviction des enquêteurs de Lille. Depuis février, ils épluchent tous les dossiers non élucidés dans la région et ont repéré un même mode opératoire. Pendant plus de 30 ans, les autorités ne possédaient qu'un portrait-robot du "violeur de la Sambre". Cet homme qui attaquait ses victimes non loin de cette rivière, tôt le matin, visage dissimulé, mains gantées.

Convoqué le 13 juin

Le 5 février dernier, Dino Scala, ouvrier de 57 ans, est finalement identifié grâce à sa plaque d'immatriculation, après une agression en Belgique. Depuis, les policiers comparent son emploi du temps avec les jours et heures de toutes les agressions commises dans la région depuis les années 80. Dino Scala en aurait déjà avoué une quarantaine, commises dans la vallée de la Sambre entre son domicile et son lieu de travail. Il est incarcéré aujourd'hui à la prison de Sequedin et est convoqué le 13 juin prochain pour un nouvel interrogatoire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne