Violences pendant Halloween : "Ce ne sont pas 25 à 30 gamins qui vont faire la loi", dénonce un maire d'Indre-et-Loire

Le maire de Joué-lès-Tours, Frédéric Augis, le 1er avril 2014.
Le maire de Joué-lès-Tours, Frédéric Augis, le 1er avril 2014. (Nicolas Rimbaux / MAXPPP)

Le maire de Joué-lès-Tours dépose plainte après que plusieurs voitures ont été brûlées.

Le maire de Joué-lès-Tours, Frédéric Augis, dépose plainte et se porte partie civile après des violences urbaines pendant la nuit d'Halloween entre mercredi et jeudi, rapporte France Bleu Touraine, vendredi 2 novembre. Il convoque aussi les parents des enfants et adolescents qui s'en sont pris aux forces de l'ordre.

"Ce ne sont pas 25 à 30 gamins qui vont faire la loi dans la ville. On en connaît une grande partie, donc les parents [sont] invités dans mon bureau. Je veux savoir pourquoi des enfants qui habitent et vivent [dans le quartier de] La Rabière se sont retrouvés en première ligne de cette guérilla urbaine", explique le maire.

Je veux comprendre si cet appel insensé à la purge contre les forces de l'ordre sur les réseaux sociaux est la seule raison de ce déchaînement de violence ou s'il y a autre chose.Frédéric Augis

La nuit d'Halloween, huit voitures ont été brûlées dans cette ville d'Indre-et-Loire, juste à côté de Tours, des abribus ont été détruits, une voiture de police caillassée. Un jeune a ensuite été interpellé et placé en garde à vue. La nuit suivante, de jeudi à vendredi, quatre autres voitures ont été incendiées.

"À chaque fois qu'il y aura une voiture brûlée à Joué-lès-Tours dorénavant, la ville déposera plainte et se portera partie civile. Ce sont des actes graves et il y a des victimes", dénonce Frédéric Augis.

Vous êtes à nouveau en ligne