Violences conjugales : ces femmes boxent pour oublier les coups du passé

France 3

À Besançon (Doubs), la boxe est enseignée par une association qui prend en charge les femmes victimes de violences conjugales.

Dans le Doubs, à Besançon, elle chausse les gants pour la première fois, un peu timide, mais motivée. De toute façon, au Besançon ring athlétique, il vaut mieux rester dans les cordes. "Ça fait du bien, ça libère l'énergie négative, ça libère l'esprit", témoigne cette femme. Dans le passé, toutes ces femmes ont été victimes de violence conjugale. Elles ont toutes dit oui à cet atelier qui redistribue les rôles, une façon comme une autre de briser la spirale de la violence pour l'association Solidarité femmes.

"Sortir de ce statut"

"Elles sont aussi autre chose que des femmes victimes de violence, c'est aussi sortir de ce statut-là, sortir des stéréotypes", explique Elsa Mougin, présidente de l'association. Si elle peut rire aujourd'hui, cette femme n'a pas toujours eu cette confiance. Pendant des années, elle a été rabaissée, humiliée, dépouillée de sa valeur humaine. Chaque année, 200 nouvelles victimes se présentent chez Solidarité femmes, autant de vies à remettre debout sur le ring.
Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne