VIDEO. "Quelqu'un vous donne un espoir, et derrière c'est du vent... c'est terrible" : les parents de Lucas Tronche témoignent dans "Envoyé spécial"

ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2

Comment un individu a fait naître de faux espoirs chez les parents d'un adolescent disparu : Nathalie et Eric Tronche ont cru que leur fils se trouvait avec l'auteur des courriers anonymes qui leur donnaient de ses nouvelles. Mais tout était inventé, c'était un corbeau. Les parents de Lucas témoignent dans "Envoyé spécial".

A 15 ans, Lucas Tronche s'est évaporé sans laisser de traces, le 18 mars 2015. Depuis, Nathalie et Eric Tronche guettent le moindre signe. Sept mois après la disparition de leur fils, ils reçoivent un courrier anonyme. "Il va bien", répète la lettre. Lucas serait vivant quelque part. Ses parents s'accrochent à cet espoir, tandis que les courriers suivants se font de plus en plus détaillés. "Lucas vous aime toujours. Il parle souvent de vous. [...] Il préfère le mot 'break' au mot 'fugue', il dit que ce break n'est ni inquiétant ni mystérieux."

Ces courriers, les parents de Lucas les lisent et les relisent fébrilement. Ils analysent chaque mot, traquant le moindre indice, attendant une preuve de vie. "A chaque lettre ouverte, confie Nathalie Tronche à "Envoyé spécial", on avait toujours l'espoir qu'il y ait une mèche de cheveux de Lucas, quelque chose d'écrit de sa main…"

Un bref week-end d'euphorie

Pendant ce temps, la police remonte la piste de l'expéditeur des lettres. Elle le débusque neuf mois plus tard grâce à des images de vidéosurveillance. Il s'appelle Simon Robbes, il a 58 ans, travaille dans un supermarché. Quand ils apprennent son interpellation, Nathalie et Eric Tronche vivent un week-end d'euphorie, persuadés qu'ils vont bientôt revoir leur fils.

 Quand ils apprennent que tout est faux, que le corbeau a tout inventé, les parents de Lucas vivent une deuxième descente aux enfers : "On est déjà effondrés, on se bat chaque jour pour vivre, tout simplement, et vous avez quelqu'un qui vous donne un espoir, et derrière il n'y a rien, c'est du vent… c'est terrible."

Extrait de "Corbeaux : les lettres de la honte", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 24 mai 2018.

Vous êtes à nouveau en ligne