VIDÉO. "J'ai vu que ça n'allait pas, et j'ai commencé à crier au secours" : la maman du bébé né dans une rame du RER A raconte son accouchement

Lamata Kamamoko (à droite) se rendait chez sa cousine avec ses deux premiers enfants lorsqu\'elle a commencé à se sentir mal.
Lamata Kamamoko (à droite) se rendait chez sa cousine avec ses deux premiers enfants lorsqu'elle a commencé à se sentir mal. (CAPTURE D'ECRAN BFMTV / FRANCEINFO)

Arrivée en France en mars après avoir quitté la Côte d'Ivoire en passant par le Niger, la Libye, et l'Italie, Lamata risque désormais l'expulsion.

Du repos après un accouchement mouvementé. Lamata Karamoto, jeune maman de 28 ans, a raconté samedi 23 juin à BFMTV les circonstances de la naissance de son fils Mohamed, né lundi à bord d'une rame du RER A

La jeune femme se rendait chez sa cousine avec ses deux premiers enfants lorsqu'elle a commencé à se sentir mal. "J'ai vu que ça n'allait pas, j'ai commencé à crier au secours. Puis, j'ai vu la dame monter, accompagnée d'une autre, qui m'ont aidé à accoucher", raconte Lamata Karamoto.

"J'ai crié, j'ai dit : 'Ça arrive !' J'ai enlevé mon pantalon, et j'ai accouché", ajoute la jeune femme, qui précise ne pas se souvenir de la suite des événements.

Arrivée en France après avoir traversé la Méditerranée depuis la Libye

Alors que les autres passagers avaient ignoré les plaintes de la jeune maman, BFMTV a pu interviewer Eliane, une des deux femmes à être venue en aide à Lamata Karamoto. Celle-ci indique que le jeune enfant est "arrivé très vite, sans aucune compliquation". Une chance, car cette cadre commerciale dans une multinationale aurait de son propre aveu été "totalement démunie" si un problème était survenu.

Malgré ce dénouvement heureux, Lamata Karamoto n'en a pas fini avec les complications. Arrivée en France en mars après avoir quitté la Côte d'Ivoire en passant par le Niger, la Libye et l'Italie, la jeune femme risque l'expulsion. Elle espère que la naissance de son nouvel enfant pourra changer la donne, indique BFMTV.