Victime d'une agression homophobe, il se moque de ses agresseurs sur Facebook

La photo postée sur Facebook par Clément pour dénoncer l\'agression homophobe dont il a fait l\'objet, le 11 novembre 2015 à Montpellier (Hérault).
La photo postée sur Facebook par Clément pour dénoncer l'agression homophobe dont il a fait l'objet, le 11 novembre 2015 à Montpellier (Hérault). (CLEMENT GROBOTEK / FACEBOOK)

Clément raconte sur son profil Facebook l'agression dont il affirmé avoir été victime, mercredi 11 novembre à Montpellier (Hérault).

"Nous sommes peut-être des pédales, mais nous, on n'attaque pas deux mecs à six." Clément a posté mercredi 11 novembre une photo de son visage tuméfié après l'agression homophobe dont il affirme avoir été victime dans les rues de Montpellier (Hérault).

Le cliché est accompagné d'un message moqueur à l'adresse de ses agresseurs. "Vous pourrez frapper et encore frapper, vous n'enlèverez jamais ce sourire que vous voyez sur mon visage, et ne m'empêcherez pas d'aimer mon mec plus que tout", écrit-il, les traitant, au passage de lâches.

Cette nuit ,nous nous sommes fait insulter puis tabasser par des homophobes en sortie de boîte de nuit . Inutile de vous...

Posté par Clément Grobotek sur mercredi 11 novembre 2015

"Ils sont sortis de leur véhicule et nous ont frappés"

Interrogé par L'Express, le jeune homme a détaillé les circonstances de cette agression. "Une voiture est passée à notre hauteur. Les personnes à bord nous ont insultés, nous traitant de 'sales homos', 'sales pédés', 'vous sucez des b***'. J'ai réagi et répondu : 'Qu'est-ce qui vous arrive ?'. C'est à ce moment-là qu'ils sont sortis du véhicule et qu'ils nous ont agressés", raconte-t-il.

Le couple est frappé à la tête, le compagnon de Clément traîné au sol. Il faut attendre l'arrivée des videurs de la boîte de nuit qu'ils venaient de quitter pour que les coups s'arrêtent. A L'Express, Clément a confié son intention de porter plainte jeudi après-midi.