Var : une femme interpellée après avoir agressé deux personnes avec un cutter dans un supermarché Leclerc

Le Leclerc de la Seyne-sur-Mer
Le Leclerc de la Seyne-sur-Mer (GOOGLE MAPS / FRANCEINFO)

L'agresseuse a crié "Allah Akbar !", a indiqué le procureur de la République de Toulon.

Une jeune femme de 24 ans a été interpellée, après avoir agressé deux personnes avec un cutter dans un supermarché de La Seyne-sur-Mer, près de Toulon (Var), en fin de matinée dimanche 17 juin, a appris franceinfo de source proche du dossier, confirmant une information de Var Matin.  

L'incident s'est passé au magasin Leclerc du quartier des Sablettes. Selon les informations de France Bleu Provence, la jeune femme a d'abord agressé un client en lui donnant plusieurs coups de cutter. Une caissière est alors intervenue, et a reçu des coups de cutter au niveau de l'oeil. Les deux victimes, légèrement blessées, ont été transportées à l'hôpital Sainte-Anne de Toulon.

"Elle était paniquée, elle ne savait plus quoi faire" 

"Je me suis déplacé pour intervenir et essayer de maîtriser la dame et lui tenir les poignets pour enlever le cutter avec un autre employé du magasin", explique, dimanche sur franceinfo, Sébastien. Il faisait la queue à la caisse du magasin quand il a entendu que "cela se chamaillait" derrière lui.

En se retournant, il a vu "un monsieur et une caissière "se faire agresser au cutter" par une jeune femme. L'homme à terre lui dit alors que la jeune femme lui a "mis un coup de cutter en disant Allah Akbar".

Selon Sébastien "elle avait une voix très douce, elle était paniquée, elle ne savait plus quoi faire, plus quoi dire", une fois qu'il a réussi à la maîtriser. "Elle était terrorisée. Faible, plus de force, plus rien. Peureuse. Elle commençait à trembler". Les employés du supermarché ont ensuite pris la relève de Sébastien en prenant en charge la jeune femme.

Des troubles psychiatriques qui n'excluent pas une radicalisation

Selon des témoins, l'agresseuse a crié "Allah Akbar !"a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Toulon, Bernard Marchal. "C'est apparemment le fait isolé d'une personne avec des troubles psychiatriques avérés", a-t-il commenté, sans exclure pour autant "qu'elle soit radicalisée""Il y a présomption de tentative d'assassinat, et d'apologie du crime à connotation terroriste", a encore indiqué le procureur. 

La jeune femme n'est pas connue des services de renseignement, mais est connue de la justice pour des faits de violences sur ascendants. L'antenne de Toulon de la police judiciaire de Marseille est saisie de l'enquête. A ce stade, le parquet antiterroriste n'est pas saisi.