Var : l'homme interné après s'être retranché au musée archéologique de Saint-Raphaël, va sortir et être placé de nouveau en garde à vue

Le Raid a dû intervenir mercredi 23 octobre 2019 au musée archéologique de Saint-Raphaël pour déloger un homme qui s\'y était retranché.
Le Raid a dû intervenir mercredi 23 octobre 2019 au musée archéologique de Saint-Raphaël pour déloger un homme qui s'y était retranché. (ADELINE LEBEL / MAXPPP)

Le psychiatre qui l'avait examiné lors de sa première garde à vue avait demandé son hospitalisation immédiate. 

L'homme qui s'était retranché mercredi 23 octobre au matin dans le musée archéologique de Saint-Raphaël avait été hospitalisé d'office dans l'après-midi, après une courte garde à vue. France Bleu Provence apprend vendredi 25 octobre que la mesure d'hospitalisation d'office est en passe d'être levée, conformément à l'avis d'un collège d'experts. Dès sa sortie de l'hôpital, au plus tard samedi, l'homme sera de nouveau placé en garde à vue. 

Une "décompensation mentale"

L'homme avait été interpellé par le Raid sans résistance après s'être retranché seul dans le musée. Le psychiatre qui l'avait examiné pendant sa garde à vue a estimé qu'il était en "pleine décompensation mentale", nécessitant son placement en hospitalisation d'office.

C'est une femme de ménage, alors qu'elle s'est présentée pour sa prise de service, qui avait donné l'alerte car elle ne pouvait pas ouvrir la porte d'entrée, bloquée de l'intérieur. 

Des inscriptions en langue arabe retrouvées

Des inscriptions en langue arabe "à connotation religieuse" ont été retrouvées sur place, selon la préfecture du Var. Joint par franceinfo, le procureur de la République de Draguignan évoque des inscriptions en arabe inscrites à plusieurs endroits, qui sont "en cours de traduction". L'homme a cassé plusieurs pièces du musée, dont des amphores anciennes.

Les enquêteurs restent très prudents sur les motivations de l'homme, âgé "d'environ 18 ans", et dont l'identité n'est pour l'instant pas établie, précise le procureur. Ce dernier ajoute que la piste de l'acte d'un "déséquilibré" est privilégiée pour le moment. Une enquête a été ouverte pour intrusion dans un lieu public et dégradations d'œuvres d'art.



Vous êtes à nouveau en ligne