Un violeur revient vivre à 150 mètres de sa victime

France 3

En Seine-et-Marne, une femme vit dans la peur de l'homme qui l'a violée, et qui a pu trouver un logement à 150 mètres de chez elle.

C'est une situation logiquement insupportable. À Croissy-Beaubourg (Seine-et-Marne), une femme doit vivre à 150 mètres de l'homme qui l'a violée. Le criminel récidiviste a en effet obtenu "le bénéfice d'une mesure d'aménagement de peine sous la forme d'une libération conditionnelle", comme l'explique sa victime en lisant le courrier du juge d'application des peines.

Elle préfère rester chez elle

Après six mois de prison, le condamné est donc libéré, et seulement surveillé par un bracelet électronique. Il a pu se retrouver dans sa maison pavillonnaire à quelques rues de la jeune femme. "Quand il se promène à pied, j'ai des gens dans la commune qui me préviennent. Le croiser, c'est la boule au ventre au quotidien. Donc je préfère rester chez moi", raconte-t-elle. Le juge à l'origine de la décision vient toutefois de prendre des mesures à l'encontre de l'ancien détenu : interdiction de s'approcher des écoles et du centre-ville. Mais ce n'est pas assez pour sa victime.
 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne