Un train percute une voiture dans le Rhône : 4 morts et un blessé grave

A Chessy près de Lyon (Rhône), une voiture s\'est fait encastrer par un train à un passage à niveau faisant 4 morts, dimanche 4 décembre 2011.
A Chessy près de Lyon (Rhône), une voiture s'est fait encastrer par un train à un passage à niveau faisant 4 morts, dimanche 4 décembre 2011. (STEPHANE GUIOCHON / MAXPPP)

Trois enfants étaient à bord du véhicule. Leur mère, hospitalisée à Villefranche-sur-Saône, est toujours dans un état grave lundi. 

Un TER a percuté, dimanche 4 décembre vers 17h30, une voiture sur la commune du Breuil (Rhône), faisant quatre morts et un blessé grave.

La voiture a quitté un chemin privé pour franchir la voie ferrée quand elle a été heurtée à l'arrière selon la même source. Il y avait à bord cinq personnes, dont trois enfants âgés de 7 ans, 5 ans et quelques mois, précise le quotidien régional Le Progrès. Le père, au volant, était capitaine de pompiers à la caserne de Saint-Priest. Seule la mère a survécu.

Une marche arrière sur la voie

Celle-ci, grièvement blessée, était toujours dans un état grave lundi matin. Hospitalisée dans le coma dimanche soir à Villefranche-sur-Saône, elle est âgée d'une trentaine d'années. 

Il était 17h20 quand la voiture, qui effectuait pour une raison qui reste à déterminer une marche arrière sur la voie ferrée à hauteur de la commune du Breuil, a été percutée à l'arrière par un TER qui roulait à 100km/h. "Nous continuons de travailler sur différentes hypothèses, aucune n'est écartée", a indiqué lundi le procureur de Villefranche-sur-Saône Olivier Etienne.

Passage à niveau non préoccupant

La voiture, une Opel Zafira noire, a été projetée à trente mètres et coupée en deux, la partie arrière restant encastrée dans l'avant du train. Le TER, lui, était vide et se rendait dans une gare voisine chercher ses passagers. "C'est une petite route et il n'y a pas de barrière", a précisé le préfet délégué à la sécurité du Rhône sur France 2.

Le directeur régional Rhône-Alpes Auvergne de Réseau ferré de France (RFF) Bruno Flourens a indiqué qu'il s'agissait "d'une voie très peu circulée et d'un passage à niveau peu fréquenté et non classé comme préoccupant". Ce passage à niveau, "l'un des 3 600 de ce type sur les 18 000" en France "n'avait pas connu d'accident ces deux dernières années".

Vous êtes à nouveau en ligne