Un sous-officier français tué dans le Nord du Mali

(Reuters)

L'Elysée a annoncé jeudi matin la mort d'un soldat français engagé dans l'opération Serval au nord du Mali. Il s'agit d'un sous-officier du 2e régiment étranger de parachutistes de Calvi. Il a été tué par une bombe artisanale posée par un groupe djihadiste, selon le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Cela porte à huit le nombre de soldats français morts au Mali depuis le lancement de l'opération Serval en janvier 2013.

Le communiqué de l'Elysée est tombé en début de matinée ce jeudi, jour de commémoration de l'armistice de la Seconde Guerre mondiale. "Le chef de l'Etat exprime son grand respect pour le sacrifice de ce légionnaire français ", est-il écrit. Le soldat français tombé dans la nuit de mercredi à jeudi au Nord du Mali était sous-officier au sein du 2e régiment étranger de parachutistes de Calvi (Haute-Corse). Il participait à la lutte contre les groupes djihadistes dans cette région, dans le cadre de l'opération Serval.

[Communiqué de l'Elysée après la mort d'un soldat français au Mali](https://www.youscribe.com/catalogue/tous/actualite-et-debat-de-societe/communique-de-l-elysee-apres-la-mort-d-un-soldat-francais-au-mali-2445289 "Communiqué de l'Elysée après la mort d'un soldat français au Mali") publié par [France_Info.fr](https://www.youscribe.com/france_info.fr/)Huit soldats français ont été tués depuis le lancement de l'opération Serval, lancée le 11 janvier 2013. Parallèlement, ce jeudi matin, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a affirmé, sur BFMTV, que l'opération était "*en train de se terminer dans sa phase de guerre frontale contre les groupes djihadistes* ". Le ministre a précisé qu'environ un millier de militaires resteraient au Mali, essentiellement dans la région de Gao, tandis que 3.000 soldats seront mobilisés dans le Sahel.