Un policier entre la vie et la mort après un braquage à Saint-Ouen

(Un policier a été blessé par balle à la tête lundi matin, au cours d'une course-poursuite avec des braqueurs présumés d'une bijouterie à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Photo d'illustration © Maxppp)

Un policier était entre la vie et la mort lundi après avoir été touché par deux balles à la tête dans la matinée. La fusillade a éclaté à Saint-Ouen (Saine-Saint-Denis) après une course-poursuite avec les braqueurs d'un entrepôt de bijoux. L’un des deux malfaiteurs a été abattu. Connu des services de police, ce dernier était en cavale et fiché pour radicalisation.

Les forces de l'ordre poursuivaient lundi matin deux braqueurs présumés d’un entrepôt de bijoux à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis. Le policier de la BAC a été touché par balles au niveau du cou au moment où la voiture des deux braqueurs était bloquée par la police à une intersection sur les quais de l’île Saint-Denis précisément. Il était un peu plus de 9 heures, en pleine heure de pointe.

Le malfaiteur côté passager a ouvert le feu à l’arme automatique sur ce policier de la BAC, la Brigade anticriminalité, à seulement quelques mètres de distance. Le fonctionnaire de police a été transporté par hélicoptère dans un hôpital parisien. Ce policier de 36 ans, père de famille, est "dans un état désespéré ", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet, présent sur place.

L'un des braqueurs était en cavale et fiché "S"

Le braqueur qui a tiré a été abattu par d'autres policiers arrivés sur place. Hospitalisé avec un pronostic vital engagé, il est décédé de ses blessures. L'homme de 24 ans, connu des services de police notamment pour des vols à main armée, était en cavale depuis mai dernier et faisait l'objet d'une fiche "S" émise après sa disparition, car il était soupçonné de s'être radicalisé en prison.

Ces derniers mois, il se serait radicalisé en détention - Les précisions de Sophie Parmentier
--'--
--'--

L’autre braqueur s’est rendu aux forces de l’ordre. Dans l'après-midi, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est rendu au commissariat de Saint-Denis afin de "dire aux policiers à la fois l'émotion, la tristesse, la solidarité dans cette épreuve". Il a également promis de donner des moyens supplémentaires aux forces de l'ordre.

Vous êtes à nouveau en ligne