Un homme tué d'une rafale de kalachnikov dans les quartiers Nord de Marseille

Les enquêteurs entourent la voiture dans laquelle un homme a été tué, mardi 28 janvier 2014 dans une cité du 13e arrondissement de Marseille (Bouches-du-Rhône).
Les enquêteurs entourent la voiture dans laquelle un homme a été tué, mardi 28 janvier 2014 dans une cité du 13e arrondissement de Marseille (Bouches-du-Rhône). ( MAXPPP)

Il s'agit du quatrième règlement de comptes depuis le début de l'année dans la région.

Un homme de 40 ans a été tué d'une rafale de kalachnikov, sous les yeux de son fils de 9 ans, dans les quartiers Nord de Marseille (Bouches-du-Rhône), mardi 28 janvier.

D'après les premiers éléments de l'enquête, la victime a été prise pour cible vers 17 heures, sur un parking de la cité sensible de Val Plan (13e arrondissement), "dans des conditions particulièrement dangereuses pour les habitants", alors qu'il venait de récupérer son enfant. Il se trouvait au volant d'une voiture de location et s'apprêtait à repartir, quand deux individus cagoulés et gantés ont mitraillé le pare-brise. Des tirs exécutés avec la précision d'un professionnel, ont souligné des sources proches de l'enquête.

Mathias Second - France 2

Le garçon s'est réfugié derrière le siège, a expliqué le procureur de la République. "Cela relève du miracle qu'il n'ait pas été touché", a-t-il noté, ajoutant que, très choqué, il avait été pris en charge par sa mère et examiné par des médecins.

Les tireurs incendient leur voiture et prennent la fuite

Les auteurs des faits sont partis dans un véhicule – une Twingo volée – retrouvé incendié peu après les faits à proximité des lieux du crime. Selon des témoins, ils auraient ensuite pris la fuite en scooter.

La victime était connue des services de police pour trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs. Un enquêteur cité par l'AFP l'a en outre décrit comme le chef présumé du réseau de stupéfiants de la cité.

Ce nouvel homicide, le quatrième depuis le début de l'année, intervient au lendemain de la visite du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qui s'est félicité des progrès de la lutte contre l'insécurité. Il avait notamment évoqué la baisse des règlements de comptes : 17 en 2013, contre 23 en 2012, selon le décompte de la préfecture de police.

Vous êtes à nouveau en ligne