Un enfant de 9 ans a disparu sur l'île d'Oléron, les recherches se poursuivent

(Un enfant de 9 ans a disparu sur l'île d'Oléron © Maxppp)

La noyade d'un enfant de 9 ans, originaire de Bobigny (Seine-Saint-Denis), qui était en colonie de vacances à Saint-Trojan-les-Bains (Charente-Maritime), s'est produite vendredi après-midi ,à la pointe sud de l'île d'Oléron. L'enfant n'a pas été retrouvé pour le moment.

Les recherches se poursuivent pour retrouver l'enfant de 9 ans disparu dans l'eau sur la plage Gatseau. Vendredi après-midi, alors qu'il se baignait avec une vingtaine de ses camarades de colonie de vacances, le jeune garçon n'est pas remonté à la surface.

Surpris par les marées

Le groupe était bien entre les petits drapeaux bleus et la baignade était autorisée. Mais en pleine marée haute le courant a mis en difficulté une éducatrice et deux enfants. Les animateurs ont fait sortir alors tout le monde de l'eau. Et c'est en comptant les enfants qu'ils se sont aperçus que le jeune garçon manquait à l'appel. Ce sont des vacanciers sur la plage qui ont donné l'alerte. Ils l'ont vu se faire emporter par le courant puis plus rien. Les secours sont intervenus très rapidement, sans résultat.

La plage Gatseau n'est habituellement pas dangereuse mais avec les marées, le courant change de sens et peut en surprendre plus d'un.

Une enquête pour homicide involontaire est ouverte afin de déterminer les circonstances exactes de l'accident. Toutes les conditions de sécurité ont pour l'instant été respectées, selon la substitut du procureur de la Rochelle.

Les recherches se poursuivent sur l'île d'Oléron. Le reportage de Fany Boucaud
--'--
--'--

3 équipes de plongeurs se relaient

Les recherches se poursuivent avec trois équipes de plongeurs. Les gendarmes vont sillonner les plages d'Oléron mais aussi en face, sur le continent, du côté de la Tremblade pour retrouver le corps du garçon, comme l'explique le capitaine Pascal Hallier, commandant en second de la compagnie de gendarmerie de Rochefort : "On va mettre des hommes à pied sur le bord côtier pour essayer de voir si la mer ne nous rejette pas le corps… C'est une zone où il y a du courant et où les courants s'alternent. C’est-à-dire qu'en début de marée le courant monte vers le pont d'Oléron, et en fin de marée le courant repart vers l'océan, d’où la grandeur de la zone de recherche ". Si le corps n'est pas retrouvé en fin de semaine prochaine, les recherches devront s'arrêter.

Une cellule d'aide psychologique a été mise en place pour la famille du garçon venue sur l'île, mais aussi pour recueillir la douleur et le choc des éducateurs et des enfants.