Au début du mois, un avion d'Air France a évité de justesse le mont Cameroun

Vue du mont Cameroun depuis le route de Kribi, au Cameroun, en mars 2007.
Vue du mont Cameroun depuis le route de Kribi, au Cameroun, en mars 2007. (ROYNO / WIKIMEDIA COMMONS)

Le Bureau d'enquêtes et d'analyses juge que cet incident, survenu au début du mois de mai, est "sérieux". Il a entraîné le déclenchement d'un avertissement automatique. Au total, 37 personnes se trouvaient à bord.

L'incident fait froid dans le dos. Le 2 mai dernier, un avion d'Air France a évité de justesse le mont Cameroun, indique le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA). Au moment de l'incident, 37 passagers se trouvaient à bord de l'appareil, un Boeing 377, lors d'un vol régulier de Malabo (Guinée équatoriale) à Douala (Cameroun). D'autres passagers devaient ensuite embarquer dans l'appareil, avant de continuer jusqu'à Paris.

Un système d'avertissement automatique déclenché

A une altitude de croisière au-dessus de 9 000 pieds (2 800 mètres), les pilotes ont pris un itinéraire plus au nord que d'habitude afin d'éviter des nuages orageux. Mais après avoir viré vers l'est en direction de Douala, leur trajectoire a amené l'avion près du mont Cameroun, qui culmine à plus de 4 000 mètres. Toujours selon le BEA, l'avion a volé suffisamment près de la montagne pour entraîner un avertissement oral d'un système d'avertissement automatique au sol, les enjoignant à "redresser" l'appareil. Voici une carte de l'incident dressée par le site d'information aérienne Jacdec.

De son côté, la compagnie Air France précise que l'équipage du vol AF 953 a effectué une procédure "prévue par le manuel de la compagnie et du constructeur en réponse à une alarme générée par l'avion." En attendant les résultats de l'enquête interne, l'équipage de ce vol bénéficie d'un "accompagnement pédagogique, managérial et médical". Et les passagers, dans tout ça ? Ils ne se sont rendu compte de rien.