VIDEO. "Complément d'enquête" : Quand des drones non identifiés survolent Paris

La police tente de résoudre le mystère des drones non identifiés qui ont survolé ces derniers mois des lieux ultrasécurisés comme l'Élysée, des monuments ou des centrales nucléaires. Plus de 100 000 drones ont été achetés cette année en France. Jeu ou menace ? Extrait de "Complément d'enquête" du 30 avril.

Pas moins de 100 000 drones ont été achetés cette année en France pour quelques centaines d'euros, quand ce n'est pas pour moins. Pablo, 25 ans, est un pilote chevronné de ces petites machines volantes non identifiées qui posent problème aux forces de sécurité.

Il y a un an, il aimait tout particulièrement un jeu strictement interdit par la loi : survoler les monuments historiques de la capitale. Le Centre Georges-Pompidou, au cœur de Paris, avait notamment sa préférence. Il a aujourd'hui renoncé à son hobby par peur de blesser un passant.

"Je me baladais dans l'architecture"

La structure de Beaubourg, avec son escalier mécanique extérieur et ses tubulures multicolores, est idéale pour se livrer à des acrobaties aériennes. "Ce qui me plaisait, c'était qu'il y a plusieurs niveaux d'obstacles. Je me baladais dans l'architecture en passant à travers les trous comme une souris", explique ce pilote repenti.

"Et je faisais ça en vol à vue, sans retour vidéo !", précise-t-il avec une pointe de fierté. Il partageait ensuite les vidéos de ses survols illégaux sur internet. D'autres se sont amusés à faire des loopings sous l'Arc de triomphe, passer sous la tour Eiffel, ou même suivre une voiture de police à quelques mètres du sol…

Vous êtes à nouveau en ligne