VIDEO. 13h15. Tibhirine : le récit de l'enlèvement des moines en 1996

Dans la nuit du 26 mars 1996, sept moines du monastère de Tibhirine en Algérie sont enlevés par un groupe islamiste. Les têtes des trappistes sont retrouvées deux mois plus tard. Le Groupe islamique armé (GIA) a revendiqué leur enlèvement et leur assassinat… Extrait de "13h15 le dimanche" du 17 avril.

Un groupe de combattants islamistes frappe à la porte du monastère de Tibhirine, en Algérie, dans la nuit du 26 mars 1996. Les moines sont extraits de leurs chambres et enlevés. Deux d'entre eux parviennent à échapper à leurs agresseurs en se cachant. Les sept autres sont emmenés dans la montagne.

"Le commando qui les a kidnappés voulait manifestement disposer d'un médecin", entend-on le lendemain dans un journal télévisé. L'armée algérienne se déploie dans les jours qui suivent à la recherche des trappistes. Il n'y a aucune revendication pendant trois semaines…

Une revendication signée Djamel Zitouni

Le 19 avril, un quotidien publie à Londres un communiqué du Groupe islamique armé (GIA) qui réclame la libération de prisonniers détenus en France et en Algérie en échange de la vie des sept frères. Le document est signé de son chef, Djamel Zitouni. Cet algérien de 32 ans aurait organisé le détournement d'un Airbus d'Air France fin 1994 et la vague d'attentats de 1995, qui a fait une dizaine de morts et deux cents blessés à Paris.

L'ambassade de France à Alger reçoit une preuve de vie des moines le 30 avril. Leurs voix ont été enregistrées douze jours plus tôt sur une cassette. Les négociations n'aboutissent pas et les islamistes annoncent, le 21 mai, l'exécution de leurs otages. Le document de revendication est encore signé par Djamel Zitouni, le chef du GIA…

Vous êtes à nouveau en ligne