Euro 2016 : pourquoi l'UEFA a-t-elle rendu hommage aux policiers de Magnanville mais pas aux victimes d'Orlando ?

Les Bleus rendent hommage aux policiers tués à Magnanville (Yvelines), le 15 juin 2016 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Les Bleus rendent hommage aux policiers tués à Magnanville (Yvelines), le 15 juin 2016 à Marseille (Bouches-du-Rhône). (BURAK AKBULUT / ANADOLU AGENCY / AFP)

Mercredi 14 juin, une minute d'applaudissements a été organisée avant le match France-Albanie, à la mémoire des policiers tués à Magnanville. Sur les réseaux sociaux, beaucoup se sont étonnés que rien n'est été fait pour les victimes d'Orlando.

Le contraste est saisissant. Alors qu'elle avait refusé d'organiser un hommage aux victimes de l'attentat homophobe d'Orlando (Etats-Unis), l'UEFA a fait observer une minute d'applaudissements, mercredi 15 juin, avant le coup d'envoi de France-Albanie, pour le couple de policiers tués à Magnanville (Yvelines). Sur les réseaux sociaux, cette différence de traitement de la part de l'institution qui organise l'Euro 2016 a choqué.

Cette décision, bien que critiquable, n'est pas surprenante. Interrogé par Marianne sur son refus de rendre hommages aux victimes d'Orlando, l'instance avait répondu : "En règle générale, dans les compétitions de l'UEFA, des hommages (minute de silence, brassards noirs) sont rendus aux victimes d’événements tragiques qui sont soit liés au football directement, soit à l'une des équipes participantes ou au pays organisateur".

L'UEFA fait parfois des exceptions pour les "événements tragiques de grande ampleur ayant conduit à la mort de milliers de personnes", comme les catastrophes naturelles. "Il y a malheureusement des événements tragiques qui se déroulent presque quotidiennement partout dans le monde, relativisait son porte-parole. Il serait tout simplement irréaliste de rendre hommage à toutes les victimes".

Vous êtes à nouveau en ligne