VIDEO. Attaque du Thalys : la sécurité en ligne de mire

FRANCE 3

L'attentat du Thalys suscite beaucoup de questions autour de la sécurité dans les gares et dans les trains. 

À la SNCF, l'heure est aux questions après le drame évité de peu dans le Thalys qui reliait Amsterdam à Paris. Le patron de la société de chemin de fer est enfin sorti de son silence dans les colonnes du JDD. Guillaume Pepy rappelle que le trafic ferroviaire est vingt fois plus important que l'aérien. "Le contrôle des embarquements, comme dans les aéroports, n'est pas une piste sur laquelle il faut compter", affirme-t-il.

Un numéro vert mis en place

Dans l'immédiat, la SNCF ne met donc en place que deux nouvelles mesures, à la demande du gouvernement. Tout d'abord, un numéro vert, le 3117, pour signaler tout acte suspect. Des cheminots formés à la sécurité trieront les appels. La SNCF devra aussi renforcer la signalétique appelant les voyageurs à la vigilance. Rien d'autre pour l'instant.
 
Le gouvernement rappelle que le plan Vigipirate mobilise déjà 30 000 policiers et militaires autour de 5 000 lieux sensibles, dont les gares. Pour la SNCF comme pour l'État, la meilleure réponse au terrorisme reste l'action des services de police. 
 
Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne