Attentat à Strasbourg : "Il y a eu une solidarité exceptionnelle de la part des restaurateurs qui ont recueilli des personnes dans la rue"

La fusillade a eu lieu dans le centre-ville de Strasbourg, près du marché de Noël.
La fusillade a eu lieu dans le centre-ville de Strasbourg, près du marché de Noël. (HERVÉ DE HARO / FRANCE-BLEU ALSACE)

Le président de la région Grand Est Jean Rottner a réagi sur franceinfo mardi soir après la fusillade qui a eu lieu dans le centre-ville, près du marché de Noël.

Le président de la région Grand Est Jean Rottner a souligné sur franceinfo "la solidarité exceptionnelle de la part des restaurateurs, d'habitants, qui ont recueilli des personnes dans la rue pour les protéger", alors qu'une fusillade a éclaté dans le centre-ville de Strasbourg mardi 11 décembre aux environs de 20 heures, faisant au moins trois morts et 12 blessés. 

>> Fusillade à Strasbourg : suivez notre direct

franceinfo : Quel est votre premier sentiment ce soir ?

Jean Rottner : Strasbourg, cette ville symbole de l'ouverture au monde, cette capitale européenne, cette ville qui accueille un des marchés de Noël les plus fabuleux du pays, qui est le symbole de la lumière, de la communauté au sens large, est meurtrie ce soir. Mes premières pensées vont aux victimes, à leurs familles, aux blessés qui se battent encore contre la mort, mais aussi aux forces de l'ordre, aux personnels de santé et aux Strasbourgeois. J'ai été frappé par tous les témoignages qui m'ont été apportés sur mon téléphone, des gens qui se trouvaient confinés. Il y a eu une solidarité exceptionnelle de la part des restaurateurs, d'habitants, qui ont recueilli des personnes dans la rue pour les protéger. C'est la France qui est capable de se serrer les coudes dans les moments difficiles. Ce soir, nous sommes tous Strasbourgeois et la France est alsacienne. Je remercie tous les messages de solidarité qui arrivent.

Et puis nous préparons déjà la journée de demain, tous ensemble, avec Roland Ries, le maire de Strasbourg. En cas de besoin, nous demanderons aux collégiens et lycéens de ne pas se rendre en classe si besoin. On s'y prépare pour anticiper les éventuelles menaces qui n'auraient pas été éliminées. Il faut garder la tête froide.

Strasbourg est désormais touchée par le terrorisme...

Oui, on savait que Strasbourg était menacée. La ville a déjà été la cible d'attentats potentiels, qui avaient été déjoués. Des mesures de sécurité avaient été prises, à la hauteur de ces menaces. Ce soir, après la fermeture du marché de Noël, alors que les gens restaient dans la rue pour prolonger et partager cette ambiance de Noël, un individu armé a réussi à commettre ces crimes-là. La sécurité n'est jamais assurée à 100%. Mais la première mesure contre ces terroristes, c'est aussi que la vie continue. C'est la décision qui avait été prise, de maintenir le marché de Noël.

Il y avait eu des débats ?

Au moment où la menace terroriste était la plus forte, le maire de Strasbourg avait pris la décision de maintenir le marché de Noël, en lien avec les autorités : Gérard Collomb était d'ailleurs venu à l'époque s'assurer des mesures de sécurité. Elles sont draconiennes : des mesures anti-voitures bélier, toutes les mesures de filtration, etc... Les policiers et militaires étaient aussi sur le marché de Noël. Mais la sécurité ne peut jamais être assurée à 100% face à un individu avec des desseins terroristes.

Vous êtes à nouveau en ligne