Fusillade à Strasbourg : qu'est-ce que le plan Vigipirate "urgence attentat" déclenché par le gouvernement ?

Signalétique des trois niveaux du plan Vigipirate, dont le dernier, \"urgence attentat\", a été mis en place depuis la fin 2016. 
Signalétique des trois niveaux du plan Vigipirate, dont le dernier, "urgence attentat", a été mis en place depuis la fin 2016.  (GOUVERNEMENT)

Cette mesure permet "la mise en place de contrôles renforcés aux frontières, et des contrôles renforcés sur l'ensemble des marchés de Noël en France", a annoncé le ministre de l'Intérieur dans la nuit de mardi à mercredi.

Le plan Vigipirate monte d'un cran. "Nous sommes actuellement en France en posture vigipirate renforcée, le gouvernement vient de décider de passer en urgence attentat", a annoncé le ministre de l'Intérieur après la fusillade qui a fait au mois deux morts et 14 blessés à Strasbourg (Bas-Rhin), mardi 11 décembre. Cette mesure permet "la mise en place de contrôles renforcés aux frontières et des contrôles renforcés sur l'ensemble des marchés de Noël en France pour éviter le risque de mimétisme", a précisé Christophe Castaner.

Ce niveau d'alerte, qui existe depuis deux ans, a été créé sous l'impulsion de François Hollande. Comme le rapportait alors Le Figaro, un "conseil de défense et de sécurité nationale consacré à la protection contre le terrorisme" s'était réuni début décembre 2016 pour réviser et renforcer le dispositif de sécurité créé après l'attentat du 20 mai 1978 à Orly. L'Elysée avait validé un troisième niveau d'alerte au plan Vigipirate, nommé "urgence attentat". 

"Mis en place pour une durée limitée"

"Adapté à l'évolution des menaces, il viendra compléter les mesures prises depuis les attentats qui ont frappé notre pays", avait précisé la présidence dans un communiqué.

Le premier niveau implique 100 des 300 mesures du plan Vigipirate. Le deuxième, baptisé "sécurité renforcée, risque renforcé", active 216 mesures. Enfin le troisième niveau prévoit des mesures exceptionnelles. Selon Le Figaro, il est comparable à l'alerte enlèvement et peut mener à la "fermeture des routes, du métro" ou encore, la suspension des sorties scolaires ou le confinement des écoles. 

Sur le site du gouvernement, il est précisé que le niveau "urgence attentat" peut être mis en place à la suite immédiate d'un attentat ou si un groupe terroriste identifié et non localisé entre en action. "Ce niveau est mis en place pour une durée limitée : le temps de la gestion de crise", peut-on lire. "Il permet notamment d'assurer la mobilisation exceptionnelle de moyens mais aussi de diffuser des informations susceptibles de protéger les citoyens dans une situation de crise."

L'essentiel sur la fusillade à Strasbourg

• Traque du suspect, réactions... Suivez notre direct >> à lire ici

• Ce que l'on sait de la fusillade >> à lire ici

• Qui est l'auteur présumé de la fusillade ?  >> à lire ici

• EN IMAGES. "L'horreur au marché de Noël" : la fusillade de Strasbourg à la une des journaux régionaux  >> à lire ici

Vous êtes à nouveau en ligne