Fusillade à Strasbourg : les cours suspendus dans les écoles de la ville mercredi, le marché de Noël restera fermé

Un membre des services de secours passe à côté de la scène d\'une fusillade à Strasbourg, le 11 décembre 2018. 
Un membre des services de secours passe à côté de la scène d'une fusillade à Strasbourg, le 11 décembre 2018.  (ABDESSLAM MIRDASS / AFP)

Le maire de la ville, Roland Ries, a pris la décision de fermer le marché de Noël mercredi et d'annuler tous les spectacles. 

Strasbourg va se réveiller endolorie, ses drapeaux en berne. Après la fusillade en plein centre-ville, mardi 11 décembre, qui a fait au moins deux morts, le maire de la ville, Roland Ries, a annoncé la fermeture du marché de Noël mercredi, ainsi que l'annulation de tous les spectacles prévus dans les équipements culturels strasbourgeois.

>> Fusillade à Strasbourg : suivez les dernières informations dans notre direct

Le maire précise qu'une "discussion est en cours avec l'Education nationale pour ce qui est de la fermeture éventuelle des établissements scolaires ce mercredi", qui n'est pas encore actée. Les drapeaux seront mis en berne et un registre de condoléances sera proposé aux Strasbourgeois à l'Hôtel de Ville dès mercredi, a annoncé Roland Ries sur son compte Facebook. 

Les parents invités à "garder leurs enfants chez eux"

L'académie de Strasbourg a annoncé dans la nuit que les cours seront suspendus mercredi dans les écoles maternelles et élémentaires de la ville. "Il est recommandé aux parents de garder leurs enfants chez eux", peut-on lire sur son compte Twitter. Les établissements scolaires assureront cependant l'accueil des enfants qui se présenteront à leurs portes.

Mercredi 12 décembre, dans la matinée, le président de la région Grand Est, Jean Rottner, a annoncé la mise en berne des drapeaux de la région, ainsi qu'une minute de silence.

L'essentiel sur la fusillade à Strasbourg

• Traque du suspect, réactions... Suivez notre direct >> à lire ici

• Ce que l'on sait de la fusillade >> à lire ici

• Qui est l'auteur présumé de la fusillade ?  >> à lire ici

• EN IMAGES. "L'horreur au marché de Noël" : la fusillade de Strasbourg à la une des journaux régionaux  >> à lire ici

Vous êtes à nouveau en ligne