Attentat à Strasbourg : cinq personnes interpellées mardi matin dans l'entourage du suspect, avant qu'il ne passe à l'acte

Laurent Nuñez, secrétaire d\'État auprès du ministre de l\'Intérieur, était l\'invité de France Inter.
Laurent Nuñez, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur, était l'invité de France Inter. (FRANCE INTER / RADIOFRANCE)

Les personnes interpellées mardi matin "n'ont rien à voir" avec l'attentat qui a frappé Strasbourg mardi soir, a expliqué Laurent Nuñez, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur.

L'attentat qui a frappé le centre-ville de Strasbourg mardi 11 décembre a fait trois morts et 13 blessés, selon le dernier bilan de la préfecture du Bas-Rhin, communiqué mercredi peu avant 8 heures.

>>  DIRECT. Fusillade à Strasbourg : "La motivation terroriste n'est pas encore établie", indique Laurent Nuñez 

Une grenade et un pistolet retrouvés

Le tireur de 29 ans, fiché S, est toujours recherché. Une perquisition avait été opérée au domicile du suspect mardi matin dans le quartier de Neudorf par des gendarmes, dans le cadre d'une enquête pour tentative d'homicide et braquage, selon les informations de franceinfo. Une grenade et un pistolet 22 long rifle ont été retrouvés à son domicile.

"Dans le cadre de l'opération d'hier matin, ce sont cinq personnes qui ont été interpellées", a précisé mercredi 12 décembre sur France Inter le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nuñez, alors que le chiffre de trois personnes interpellées circulait jusqu'à présent.

"Les personnes interpellées hier matin, l'ont été dans le cadre d'une affaire de droit commun, une affaire de tentative d'homicide qui n'a rien à voir avec l'action qu'il a menée ensuite", a précisé Laurent Nuñez.

L'essentiel sur la fusillade à Strasbourg

• Traque du suspect, réactions... Suivez notre direct >> à lire ici

• Ce que l'on sait de la fusillade >> à lire ici

• Qui est l'auteur présumé de la fusillade ?  >> à lire ici

Vous êtes à nouveau en ligne