Attentat de Strasbourg : retour sur 48 heures de traque

Avant d'être abattu par les forces de l'ordre, Cherif Chekatt était en fuite depuis mardi 11 décembre après avoir ouvert le feu au marché de Noël de la ville. Récit des deux derniers jours. 

Mardi 11 décembre après deux altercations et des échanges de tirs avec la police, Cherif Chekatt parvient à prendre la fuite dans le quartier du Neudorf, à Strasbourg (Bas-Rhin). La zone est alors bouclée, survolée une partie de la nuit par un hélicoptère, en appui d'une équipe au sol qui fouille les lieux, bâtiment après bâtiment. Dans le même temps, le quartier des Poteries est verrouillé à son tour. Le centre-ville, le cœur historique de Strasbourg et les routes vers l'Allemagne sont filtrés.

L'appel à témoins déterminant

Alors que sur le terrain l'étau se resserre, mercredi en fin d'après-midi la police va diffuser un appel à témoins. Le portrait de Cherif Chekatt s'affiche dans les médias, l'ennemi numéro un condamné pour une trentaine de délits en France et en Allemagne a désormais un visage. S'il quitte sa cachette, il risque à tout moment d'être reconnu. Jeudi, la pression s'accentue, une seconde opération d'envergure est organisée dans le quartier du Neudorf. Il s'agit de contraindre le fuyard à quitter sa planque. Une souricière dont le principe fonctionne. À 21 heures, Cherif Chekatt est abattu, la traque vient de prendre fin

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne