Attentat à Strasbourg : la fuite du suspect est une "épée de Damoclès sur la ville" estime le maire

Roland Ries, le maire de Strasbourg, le 12 décembre 2018.
Roland Ries, le maire de Strasbourg, le 12 décembre 2018. (LAURENT GENVO / RADIO FRANCE)

Pour autant, Roland Ries rappelle sur franceinfo qu'il ne faut pas "céder à ce chantage" et "résister, rester dans nos habitudes, dans nos traditions et dans nos valeurs".

La fuite du suspect est une "épée de Damoclès sur la ville", a estimé mercredi 12 décembre sur franceinfo le maire de Strasbourg, Roland Ries, alors que la police nationale a diffusé un appel à témoins pour retrouver Chérif Chekatt.

"C'est quelque chose de préoccupant, avoue le maire, comme on n'arrive pas à le localiser et qu'il a échappé à deux reprises aux forces de police qui étaient là pour le neutraliser, cela représente une espèce d'épée de Damoclès sur la ville".

Ne pas céder au chantage

"C'est la raison pour laquelle j'ai décidé, avec le préfet, qu'on n'ouvre pas encore le marché de Noël demain, comme je l'aurais souhaité, mais que l'on attende encore 24 heures de plus", a expliqué Roland Ries.

Pour autant, "il ne faut pas céder à ce chantage, estime-t-il, ce serait donner raison à ces organisations terroristes, qui en profiteraient d'ailleurs pour chanter la gloire de leurs héros, qui ont réussi à mettre un terme à ce marché chrétien, vieux de 450 ans, qui drainait deux millions de personnes. Rien que pour cela, il faut résister, rester dans nos habitudes, dans nos traditions et dans nos valeurs".

Vous êtes à nouveau en ligne