Attentat à Strasbourg : à l'école, il faut que "le cours normal des choses revienne le plus rapidement possible", estime un directeur

Un membre de la BRI (Brigades de recherche et d\'intervention) rue des Orfèvres à Strasbourg le 12 décembre 2018.
Un membre de la BRI (Brigades de recherche et d'intervention) rue des Orfèvres à Strasbourg le 12 décembre 2018. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Après l'attaque de mardi soir, les cours n'étaient pas dispensés mercredi à Strasbourg.

Sur les consignes de l'académie de Strasbourg, les cours ne sont pas dispensés dans les écoles de la ville mercredi 12 décembre, après l'attentat de mardi 11 décembre au soir, mais l'accueil des élèves est possible. "On doit faire face sans se laisser perturber par cet événement", a déclaré mercredi 12 décembre sur franceinfo François Schill, directeur de l'école maternelle de la Niederau à Strasbourg et secrétaire départemental adjoint du syndicat SNUipp-FSU, ajoutant qu'il faut que "le cours normal des choses revienne le plus rapidement possible".

25 élèves accueillis, sur un effectif de 230 

François Schill a expliqué la situation dans son établissement : "À partir de 8h10 ce matin, les élèves sont arrivés au compte-gouttes". La plupart des parents étaient déjà informés des directives de l'académie puisque "très peu d'enfants se sont présentés. On a accueilli 25 élèves sur un effectif de 230".

Malgré l'absence de cours, le dialogue est resté ouvert avec les élèves. "Il y a principalement eu des échanges avec les parents, les enfants étant relativement jeunes", a indiqué François Schill. Il a expliqué que "les maîtresses ont fait en sorte qu'il y ait un climat de sécurité dans l'école, avec un confinement à l'intérieur plutôt qu'une récréation à l'extérieur. Elles ont eu des échanges avec les enfants qui posaient des questions". Il a précisé que la matinée "s'est relativement bien passée, il n'y a pas eu beaucoup de questions par rapport à la situation à Strasbourg".

Quand tous les élèves reviendront à l'école, "le climat va être un peu lourd dans un premier temps. Mais on est des professionnels, on doit faire face sans se laisser perturber par cet événement", a conclu François Schill. Le directeur de l'école maternelle a dit souhaiter "faire en sorte que la routine et le cours normal des choses reviennent le plus rapidement possible".

Vous êtes à nouveau en ligne