Attentat de Strasbourg : le soulagement des politiques après la mort du tireur

Cherif Chekatt a été abattu par les forces de l'ordre jeudi 14 décembre. Dans la capitale alsacienne, le calme revient peu à peu et les politiques réagissent. 

Quelques applaudissements ont été entendus à l'arrivée de Christophe Castaner sur les lieux de l'intervention. Un peu plus tôt, c'est lui le premier qui a pris la parole pour s'exprimer sur l'opération qui a entraîné la mort de Cherif Chekatt, jeudi 13 décembre. "Je pense à Strasbourg, je pense à la France, meurtrie par ces attentats. Mais je pense aussi aux forces de sécurité qui ont été totalement engagées. Mesdames messieurs je suis fier, fier d'eux", a déclaré le ministre de l'Intérieur. Une fierté partagée par Emmanuel Macron. Sur Twitter le président de la République leur a également témoigné son soutien.

"Un soulagement psychologique"

À la mairie de Strasbourg, le 1er adjoint Alain Fontanel est lui aussi soulagé. "Avant tout, un soulagement psychologique, dans toutes les familles, c'était le sujet de discussion numéro un. Quand est-ce qu'enfin on allait l'attraper, est-ce qu'il était près de chez nous ? On a maintenant la réponse", s'est réjoui l'élu. Le maire de Strasbourg s'est dit heureux et espère maintenant un retour à la vie normale. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne