"Gilets jaunes" : plusieurs personnalités politiques appellent à suspendre le mouvement après l'attentat de Strasbourg

Un manifestant lors de la mobilisation des \"gilets jaunes\" à Paris, le 1er décembre 2018.
Un manifestant lors de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris, le 1er décembre 2018. (ALAIN JOCARD / AFP)

La garde des Sceaux a estimé que le mouvement, commencé il y a un mois, devait s'arrêter.

Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Laurent Nuñez, en a appelé, mercredi 12 décembre, à la "responsabilité générale" en disant "espérer qu'il y aura moins de manifestations" de "gilets jaunes" samedi en France, au lendemain de l'attentat à Strasbourg. De nombreuses personnalités politiques vont plus loin et demandent un arrêt du mouvement. "Oui, je pense que le mouvement doit cesser", a ainsi lancé la garde des Sceaux Nicole Belloubet sur Public Sénat. 

Dans l'opposition, le maire Les Républicains de Nice Christian Estrosi a mis en avant la sécurité, sur Europe 1. "Les forces de l'ordre, qui sont épuisées, (...) rivées sur les menaces que nous connaissons", doivent pouvoir se concentrer sur la sécurité des Français, a-t-il expliqué, estimant que "d'autres tentatives d'attentat" peuvent se produire "avant la fin de l'année""J'appelle à la responsabilité de chacun. Le mouvement des 'gilets jaunes' ne peut que se grandir en appelant lui-même à cette même responsabilité", a-t-il estimé.

"Une trêve s'impose, par respect en la mémoire des victimes, et parce que nos forces de l'ordre sont mobilisées, a déclaré de son côté le vice-président des Républicains Damien Abad sur Sud Radio avant d'ajouter "les Français ne comprendraient pas que nos forces de police ne soient pas pleinement mobilisées sur cette lutte contre le terrorisme".

Vous êtes à nouveau en ligne