Terrorisme : les réseaux sociaux sur la sellette

franceinfo

La spirale de haine qui a abouti à la mort de Samuel Paty, vendredi 16 octobre dans les Yvelines, avait commencé sur les réseaux sociaux. Le gouvernement veut créer un nouveau délit de mise en danger par la publication des données personnelles.

Le débat de la lutte contre la haine en ligne est remis sur la table après l'assassinat du professeur Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) vendredi 16 octobre. La ministre déléguée chargée de la citoyenneté, Marlène Schiappa, a réuni mardi les patrons français des principales plateformes et réseaux sociaux. En ligne de mire : le cyber-islamisme. À l'issue de la réunion, le Groupe de contact permanent, créé en 2015 pour lutter contre la propagande terroriste sur le web, a été réactivé.

Nouveau délit en vue

La plateforme Pharos permet aux internautes de signaler du contenu illicite en ligne. Sur les 20 000 contenus signalés par mois, 3 000 ont été supprimés depuis le début de l'année. Le gouvernement réfléchit aussi à renforcer les cellules de magistrats dédiées à la lutte contre la haine en ligne. Mardi après-midi, Jean Castex va défendre la création d'un délit de mise en danger par la publication des données personnelles.       

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne