Enseignant décapité : le professeur était visé par une plainte déposée par un parent d'élève

Le collège de Conflans-Sainte-Honorine samedi 17 octobre, au lendemain de l\'assassinat d\'un enseignant par décapitation.
Le collège de Conflans-Sainte-Honorine samedi 17 octobre, au lendemain de l'assassinat d'un enseignant par décapitation. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le père d'une élève avait déposé une plainte pour "diffusion d'images pornographiques" car l'une des caricatures de Mahomet montre le prophète nu. 

L'enseignant assassiné vendredi 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) était visé par une plainte déposée par un parent d'élève le 8 octobre, a appris franceinfo de source proche de l'enquête, confirmant une information de BFM TV. Ce père d'une élève du collège Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine avait porté plainte pour "diffusion d'images pornographiques". Trois jours avant, le professeur avait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, dont une où ce dernier était représenté nu, selon ce parent d'élève.

Entendu le 12 octobre par les policiers, le professeur a répondu avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves et a démenti la présence de la fille du plaignant ce jour-là dans la classe. Il a alors déposé plainte à son tour pour diffamation.

Au lendemain de la décapitation de l'enseignant, neuf personnes sont en garde à vue samedi 17 octobre.

Vous êtes à nouveau en ligne