Enseignant décapité dans les Yvelines : "L’union nationale est plus que jamais requise", selon le SNE

Franceinfo

Pierre Favre, vice-président du Syndicat national des écoles, réagit vendredi 16 octobre sur franceinfo au meurtre du professeur d’histoire vendredi après-midi dans les Yvelines.

"Il n’y a pas de stupeur parce qu’on s’y attendait" à ce qu’un professeur soit attaqué. "Les enseignants savent qu’ils sont menacés depuis longtemps. Les revues islamistes annonçaient clairement que les enseignants étaient des cibles", estime Pierre Favre, vice-président du Syndicat national des écoles vendredi 16 octobre sur franceinfo. 

"Si on a pu attendre jusqu’ici pour en arriver là, c’est parce qu’il y a eu un énorme travail des forces de l’ordre et des services de renseignement, mais ce qui se passe est aussi grave que prévisible", martèle-t-il par téléphone.

"On s'attend à du sang, de la sueur et des larmes"

Pour le Syndicat national des écoles, "le fait d’assassiner un professeur n’est pas un hasard, c’est la République qui est visée, le président a raison", souligne le syndicaliste.

"Nous attendons que la société dans son ensemble fasse corps pour lutter contre l’ennemi. On s’attend à du sang, de la sueur et des larmes. La bataille sera longue et difficile. Elle requiert de notre part le plus grand sang-froid, la plus grande unité et la plus grande lucidité. L’union nationale est plus que jamais requise. Les enseignants retourneront à l'école et feront face", a conclu Pierre Favre.

Vous êtes à nouveau en ligne