EN IMAGES. Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées dans toute la France pour rendre hommage à Samuel Paty

Une minute de silence a été respectée, en présence du Premier ministre, sur la place de la République à Paris.

Une foule immense à Paris, Toulouse, Bordeaux, Marseille, Strasbourg... Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées un peu partout en France, dimanche 18 octobre, en hommage à Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie assassiné tout près de son collège du Bois d'Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), vendredi.

De nombreuses personnalités politiques, dont le Premier ministre, Jean Castex, la maire de Paris, Anne Hidalgo, ou le chef de file des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, étaient présentes sur la place de la République, à Paris. Plusieurs syndicats d'enseignants ont pris la parole et une minute de silence a été respectée.

"Je suis prof"

Partout en France, des unes de l'hebdomadaire Charlie Hebdo ont été brandies. Ces caricatures de Mahomet, publiées dans le journal satirique, avaient été montrées par Samuel Paty à ses élèves, quelques jours avant l'attentat. Des slogans "Je suis prof" ou "Je suis Samuel", reprenant ceux qui avaient été écrits après l'attentat de 2015, ont aussi été scandés. "Je suis là comme prof, comme maman, comme Française et comme républicaine", a déclaré à l'AFP Virginie, 52 ans, une professeure de musique de la région parisienne.

A Lyon, 12 000 personnes se sont retrouvées sur la place Bellecour, selon la préfecture. Ils étaient plus de 3 000 à Strasbourg, 1 500 à Lille, 2 500 à Marseille et 2 000 à Montpellier. Un hommage national sera rendu mercredi en coordination avec la famille de l'enseignant assassiné, a annoncé l'Elysée, sans en préciser le lieu.

115
Une pancarte avec la une de "Charlie Hebdo" brandie lors d'un rassemblement à Strasbourg, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. FREDERICK FLORIN / AFP
215
Des milliers de personnes sur la place du Capitole à Toulouse, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. GEORGES GOBET / AFP
315
Un homme lève le point lors d'un rassemblement à Nantes, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. ESTELLE RUIZ / HANS LUCAS / AFP
415
Des milliers de personnes rassemblées place de la République, à Paris, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. BERTRAND GUAY / AFP
515
Une femme avec un exemplaire de l'hebdomadaire satirique "Charlie Hebdo", lors d'un rassemblement à Nantes, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. ESTELLE RUIZ / HANS LUCAS / AFP
615
Des dizaines de personnes rassemblées à Chalons-sur-Saône (Saône-et-Loire), en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. FLORIAN JANNOT-CAEILLET? / HANS LUCAS
715
Un homme tient une pancarte lors d'un rassemblement à Strasbourg, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. FREDERICK FLORIN / AFP
815
Des milliers de personnes se rassemblement place de la République à Paris, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. DENIS MEYER / HANS LUCAS / AFP
915
Une femme tient une pancarte "Je suis enseignante" lors d'un rassemblement à Nantes, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. ESTELLE RUIZ / HANS LUCAS / AFP
1015
Des centaines de personnes rassemblées sur la place de la Bourse à Bordeaux, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. MEHDI FEDOUACH / AFP
1115
Une pancarte "Je suis Samuel" lors d'un rassemblement à Toulouse, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. GEORGES GOBET / AFP
1215
Un pancarte avec une une de "Charlie Hebdo", lors d'une manifestation à Marseille, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. CHRISTOPHE SIMON / AFP
1315
Une jeune fille tient une pancarte "Liberté d'expression pour tous" lors d'un reassemblement place de la République à Paris, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. LAURENCE KOURCIA / HANS LUCAS
1415
Des personnes rassemblées sur le place de la République à Lille, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. FRANCOIS LO PRESTI / AFP
1515
Une femme porte un masque "Je suis enseignante" lors d'un rassemblement à Bordeaux, en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020. MEHDI FEDOUACH / AFP
Vous êtes à nouveau en ligne