École : des parents de plus en plus interventionnistes ?

France 2

Au-delà du drame de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) et du rôle joué par un parent d'élève, la question est de savoir si les parents d'élèves sont devenus trop interventionnistes dans les salles de classe de leurs enfants. Certains estiment qu'ils affaiblissent l'autorité des enseignants. 

Gestion du temps scolaire, notation, redoublement... l'école donne-t-elle trop de place aux parents ? La réponse ne fait aucun doute pour le président de l'Assemblée nationale. "Je trouve que les parents devraient rester hors de l'école et foutre la paix aux profs", a assuré Richard Ferrand sur BFMTV mercredi 21 octobre. L'école et les familles ont été durant un temps deux univers distincts, mais les choses ont évolué. En 1932, intervient la première circulaire de participation des parents dans les établissements secondaires.

Un affaiblissement de l'autorité des enseignants ?

En 1968, ils font leur entrée aux conseils de classe et depuis 2013, la loi renforce la notion de coéducation. En clair, l'école se construit avec les parents. Une organisation approuvée par une mère d'élève interrogée par France 2. "Il arrive qu'il y ait des incompréhensions entre les professeurs et les élèves et du coup, on s'autorise à poser des questions et à essayer de comprendre et le cas échéant, à réparer une injustice", assure Anne Spitz. Ces parents trop présents à l'école entraînent-ils un affaiblissement de l'autorité des enseignants ? Cette coopération peut avoir des effets pervers pour une professeure de géographie interrogée par France 2. "Les parents vont systématiquement écrire, exiger des rendez-vous, menacer d'en parler au principal et faire du bruit dès qu'ils ont une déception ou une contrariété", assure Fatiha Agag-Boudjahlat. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne