Attentat dans les Yvelines : l’école touchée en plein cœur

L’école de la République est touchée en plein cœur par le terrorisme islamiste après la décapitation d’un professeur d’histoire-géographie, vendredi 16 octobre, à Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines. Le lendemain, des rassemblements ont eu lieu partout en France.

Enseignants, parents, mais aussi des élèves se sont rassemblés dans toutes les académies de France, samedi 17 octobre, afin de rendre hommage à Samuel Paty, le professeur d’histoire-géographie mort décapité la veille, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Partout, les participants ont dénoncé l’intolérance et ont dit leurs inquiétudes. "Là, tout de suite, on est plutôt choqués, traumatisés et on se met à la place de l’école, du collège et des élèves, de la famille du collègue", décrit une participante à Rouen (Seine-Maritime).

Liberté d’expression

"Ce qui nous inquiète beaucoup, c’est cette vision portée par des parents, des associations de parents qui véhiculent une vision assez obscurantiste de l’Islam", explique une autre. Dans la matinée, Jean-Michel Blanquer a rappelé que la liberté d’expression est au cœur des programmes officiels de l’Éducation nationale. "Nous savons tous que le sujet des caricatures fait évidemment pleinement partie de cette question de la liberté d’expression", a souligné le ministre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne