DIRECT. Attaque au couteau de Romans-sur-Isère : un troisième suspect en garde à vue

Des officiers de police à Romans-sur-Isère, après l’attaque au couteau qui y a fait deux morts, le 4 avril 2020. 
Des officiers de police à Romans-sur-Isère, après l’attaque au couteau qui y a fait deux morts, le 4 avril 2020.  (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS)

Un troisième homme est en garde à vue depuis samedi soir dans l'enquête sur l'attaque au couteau qui a fait deux morts et cinq blessés. 

"C'est encore l'état de choc", a réagi dimanche 5 avril, sur franceinfo, Marie-Hélène Thoraval, maire de Romans-sur-Isère (Drôme) où un réfugié soudanais a tué deux personnes dans une attaque au couteau hier et blessé cinq autres. "Le jour d'après ne sera plus jamais comme le jour d'avant", a commenté l'élue, informant que l'état de deux blessés qui se trouvaient dans un état critique s'est amélioré. 

L'auteur de l'attaque et deux autres suspects sont toujours en garde à vue au commissariat de Valence, avec des policiers de la sous-direction antiterroriste, la police judiciaire de Lyon et la DGSI, selon nos informations. Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'affaire mais le transfert du suspect aux locaux de la sous-direction antiterroriste à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine n'est pas prévu pour aujourd'hui. 

Une troisième homme en garde à vue. Un troisième homme est en garde à vue depuis samedi soir, a appris l'AFP dimanche auprès du Parquet national antiterroriste (Pnat). Il s'agit d'"un jeune Soudanais qui résidait dans le même foyer, là où résidait le mis en cause" dans le centre de Romans-sur-Isère, a indiqué le Pnat. Cela porte à trois le nombre d'hommes en garde à vue : outre le suspect, un deuxième homme présenté comme "une de ses connaissances" avait été interpellé samedi, selon une source proche de l'enquête. "C'est en perquisitionnant" le logement de cette deuxième personne "qu'ils ont interpellé le troisième", a-t-on appris de même source. Tous les trois sont de nationalité soudanaise. 

Une enquête pour terrorisme. Le Pnat a ouvert une enquête samedi, notamment pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Les premiers éléments de l'enquête sur le suspect "ont mis en évidence un parcours meurtrier déterminé de nature à troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur", de même source.

Un suspect inconnu des services de police. Le suspect est inconnu des services de police ou de renseignement français ou européens, toujours de même source. L'auteur de l'attaque a obtenu le statut de réfugié le 29 juin 2017 et un titre de séjour de dix ans en juillet de la même année. 

Vous êtes à nouveau en ligne