Commando djihadiste : des réseaux connectés

France 3

Le commando de femmes djihadistes entretenait des liens avec les auteurs des derniers attentats, survenus à Paris. 

Une voiture chargée de bonbonnes de gaz abandonnée au pied de Notre-Dame de Paris. À l'origine de cet attentat avorté : quatre femmes. Elles ont entre 19 et 39 ans.
C'est le premier commando de femmes djihadistes en France.

"Le passage à l'acte par des jeunes femmes téléguidées par des individus se trouvant en Syrie dans les rangs de l'organisation terroriste Daech, démontre que cette organisation entend faire des femmes, des combattantes. Des jeunes femmes qui font connaissance et nouent leur projet de manière virtuelle", a expliqué vendredi 10 septembre, le Procureur de la République de Paris, François Molins.

Ces jeunes femmes entretenaient des liens étroits avec djihadistes très actifs.
Un homme pourrait les avoir guidés depuis la Syrie, Rachid Kassim, un djihadiste français lié à plusieurs attentats notamment celui de Saint-Etienne du Rouvray.
Il aurait été en contact avec l'une des jeunes femmes du commando.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne