Justice : ouverture du procès de l'attentat déjoué de Notre-Dame de Paris

France 3

Huit accusés, dont cinq jeunes femmes, comparaissent pour avoir tenté de faire exploser une voiture tout près de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Les faits s'étaient déroulés le 4 septembre 2016.

C'est un commando de femmes qui comparaît dans le box des accusés du palais de justice de Paris lundi 23 septembre. Cinq jihadistes présumées âgées de 22 à 42 ans, dont Inès Madani, présentée comme la meneuse. Trois ans après l'attentat raté de Notre-Dame, ces femmes se présentent comme des repenties et minimisent leurs actes.

Elles risquent la prison à perpétuité

Dans la nuit du 3 au 4 septembre 2016, Inès Madani et Ornella Gilligmann se garent devant un restaurant près de Notre-Dame. Leur Peugeot 607 est remplie de six bouteilles de gaz. Elles aspergent la voiture de gazole et jettent une cigarette. Mais le carburant ne s'enflamme pas : un carnage vient d'être évité. Quelques jours plus tard, Inès Madani est interpellée dans l'Essonne. Les cinq femmes encourent des peines allant jusqu'à la perpétuité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne