Bonbonnes de gaz : une première suspecte mise en examen et écrouée

Des policiers retrouvent la voiture abandonnée qui contenait les bonbonnes de gaz, le 8 septembre 2016, à Boussy-Saint-Antoine dans l\'Essonne. Les empreintes de la jeune femme ont été retrouvées à l\'intérieur.
Des policiers retrouvent la voiture abandonnée qui contenait les bonbonnes de gaz, le 8 septembre 2016, à Boussy-Saint-Antoine dans l'Essonne. Les empreintes de la jeune femme ont été retrouvées à l'intérieur. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

L'une des trois femmes suspectes dans l'affaire des bonbonnes de gaz à Paris a été mise en examen et placée en détention provisoire. Elle a avoué sa participation dans le projet d'attentat près de Notre Dame de Paris le week-end dernier.

Après la découverte d'une voiture chargée de bonbonnes de gaz à Paris le week-end dernier, une première suspecte a été mise en examen et placée en détention provisoire samedi soir par le parquet de Paris.

La jeune s'appelle Ornella, elle a 29 ans. Elle est mise en examen pour "association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste criminelle" et "tentative d'assassinats en bande organisée". Elle a avoué sa participation au projet de faire exploser une voiture le week-end dernier, près de Notre Dame de Paris lors de sa garde à vue.

Les enquêteurs avaient retrouvé ses empreintes digitales et des traces de son ADN dans la Peugeot 607, chargée de bonbonnes de gaz.

Trois suspectes arrêtées dans l'Essonne

Ornella est née à Dourdan dans l'Essonne et vivait à Montargis dans le Loiret. Elle est mère de trois enfants et elle est sans emploi. Comme ses complices présumées, arrêtées à Boussy Saint-Antoine, elle était dans un processus de radicalisation, avec des intentions répétées de départs en Syrie.

La suspecte a été arrêtée mardi dernier, sur l'autoroute près d'Orange dans le Sud de la France avec son compagnon. Cet homme a quant à lui été relâché, sans charges retenues contre lui, à ce stade.

Vous êtes à nouveau en ligne