Attentat en Isère : enquête ouverte sur la diffusion du selfie macabre

Yassin Salhi, lors d\'une perquisition à son domicile, le 28 juin 2015 à Saint-Priest (Rhône).
Yassin Salhi, lors d'une perquisition à son domicile, le 28 juin 2015 à Saint-Priest (Rhône). (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Yassin Salhi est soupçonné d'avoir décapité son patron, puis de s'être pris en photo avec la tête, accrochée ensuite à l'une des grilles de l'usine.

Le selfie macabre a fuité sur internet. Un compte Twitter présenté comme proche du groupe Etat islamique a publié une photo décrite comme étant le selfie pris par Yassin Salhi avec la tête de sa victime après l'attentat de Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Le parquet de Paris a ouvert, samedi 18 juillet, une enquête pour "apologie d'acte de terrorisme", "provocation à la commission d'acte de terrorisme" et "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", selon une source judiciaire.

Yassin Salhi a été interpellé après avoir attaqué, le 26 juin, un site gazier à Saint-Quentin-Fallavier (Isère) et assassiné son patron, Hervé Cornara. Il est soupçonné d'avoir décapité ce dernier, puis de s'être pris en photo avec la tête, accrochée ensuite à l'une des grilles de l'usine.

C'est ce cliché qu'auraient posté des membres du groupe Etat islamique sur un compte qui pourrait être apparenté à Daech. Le compte a depuis été suspendu par Twitter et n'est plus accessible.

Vous êtes à nouveau en ligne