Attaques dans l'Aude : un hommage national sera rendu au gendarme Arnaud Beltrame, qui s'est substitué à une otage

Le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, mort samedi 24 mars 2018 après s\'être substitué à une otage du tueur jihadiste de l\'Aude.
Le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, mort samedi 24 mars 2018 après s'être substitué à une otage du tueur jihadiste de l'Aude. (LA GAZETTE DE LA MANCHE / AFP)

Au lendemain des attaques terroristes qui ont fait quatre morts et quinze blessés dans l'Aude, l'enquête sur le terroriste Radouane Lakdim se poursuit. Deux personnes ont déjà été placées en garde à vue.

Arnaud Beltrame aura droit aux honneurs de la République. Emmanuel Macron a décidé qu'un hommage national serait rendu au gendarme qui s'est substitué à une otage du terroriste jihadiste qui occupait le Super U de Trèbes, a annoncé l'Elysée samedi 24 mars. Dans un communiqué, le chef de l'Etat a salué la mémoire d'un homme qui "a fait le don de sa vie pour protéger nos concitoyens". La présidence de la République a par ailleurs annoncé que les services chargés du suivi des personnes radicalisées convoqués "cette semaine" par les préfets.

Des explosifs découverts dans le Super U. Les forces de l'ordres ont découvert à l'intérieur du magasins trois engins explosifs de confection artisanale, une arme de poing de calibre 7,65 et un couteau de chasse, a-t-on appris de source judiciaire. On ne connaît pas la nature exacte des engins explosifs, mais selon les informations de France 2, il s'agit "d'explosifs assez rudimentaires mais fonctionnels".

Des notes évoquant Daesh retrouvées. Plus tôt dans la journée, on apprenait que des notes faisant allusion à l'organisation Etat islamique avaient été retrouvées lors de perquisitions menées au domicile de Radouane Lakdim, l'auteur des attaques abattu la veille par les autorités. Ces perquisitions ont également permis de retrouver un téléphone portable et un disque dur d'ordinateur. Ils sont en cours d'analyse par les enquêteurs.

Deux personnes placées en garde à vue. Vendredi, une "proche qui partageait [la] vie" de Radouane Lakdim, âgée de 18 ans, a été placée en garde à vue. Un mineur de 17 ans, proche de l'auteur des attaques, a également été interpellé et placé en garde à vue pour "association de malfaiteurs terroristes criminelle".

Vous êtes à nouveau en ligne