VIDEO. Depuis les attentats du 13-Novembre, "il y a un blocage" de la part de certains artistes à se produire au Bataclan

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Depuis sa réouverture la salle de spectacles du Bataclan accueille 80 à 90 concerts par an, contre 150 avant les attaques.

"Il y a un blocage" de la part de certains artistes, admet sur franceinfo Florence Jeux, la directrice du Bataclan, propriété de Lagardère depuis plus d'un an. Plus de quatre ans après les attentats du 13-Novembre, le Bataclan peine à faire le plein d'artistes. Depuis sa réouverture, la salle de spectacles accueille 80 à 90 concerts par an, contre 150 avant les attaques.

"C'est difficile d'avoir des raisons précises, indique la directrice du Bataclan, parce que je ne suis pas dans la tête des artistes, et c'est difficile d'avoir des retours précis de pourquoi ils ne veulent pas venir, reconnaît-elle. Mais il y a des raisons qui peuvent expliquer : il y a une sensibilité aujourd'hui, tout le monde a été touché. Venir s'y produire, c'est un engagement particulier."

"Depuis cinq ans, la salle perd de l'argent"

"Et puis il y a un vrai rôle des médias, poursuit-elle, qui leur demandent la plupart du temps de se justifier sur les raisons pour lesquelles ils viennent jouer au Bataclan et leur demandent quel est leur rapport à la salle. Et je pense qu'aujourd'hui, quand un artiste vient se produire dans une salle parisienne, il a envie de défendre son spectacle, son album, il n'a pas envie forcément de se justifier de pourquoi il vient jouer dans telle ou telle salle. Donc, à concurrence égale, il préfère aller dans des salles qui ne lui posent pas de problème et pas de questions".

Florence Jeux assure toutefois que d'autres artistes sont à ses côtés, comme Jean-Louis Aubert ou Pete Doherty, qui viennent se produire au Bataclan. Mais cela n'est pas suffisant pour l'instant, "et depuis cinq ans, la salle perd de l'argent".

"Aujourd'hui c'est de notre responsabilité à tous de faire vivre le Bataclan. Je pense qu'on en serait tous meurtris si la salle devait fermer d'ici deux ans", conclut-elle.

Vous êtes à nouveau en ligne