Procès en appel de Jawad Bendaoud : cet autre prévenu qui fait "froid dans le dos"

Youssef Aït Boulahcen arrive à la cour d\'appel de Paris, le 21 novembre 2018.
Youssef Aït Boulahcen arrive à la cour d'appel de Paris, le 21 novembre 2018. (YOAN VALAT / EPA)

La deuxième journée du procès en appel du "logeur de Daesh" a lieu jeudi avec l’interrogatoire de son co-prévenu : Youssef Aït Boulahcen, le cousin d’Abdelhamid Abaoud, cerveau des attentats du 13-Novembre.

Il est l’anti-Jawad. Plus discret et posé, il fait beaucoup moins de vague à l'audience et garde souvent sa tête baissée, ou son visage caché derrière une écharpe. Youssef Aït Boulahcen, le co-prévenu de Jawad Bendaoud est interrogé jeudi 22 novembre devant la cour d'appel de Paris. En première instance, il avait été condamné à 5 ans de prison, dont un avec sursis, pour non dénonciation de crime terroriste. Le procureur l’avait présenté comme "le profil de loin le plus inquiétant" dans ce dossier, "celui qui fait froid dans le dos". Youssef Aït Boulahcen, au casier judiciaire vierge, s’exprime clairement sans s’emporter. "Je suis innocent des faits qui me sont reprochés", a-t-il posément lancé mercredi, à l'ouverture du procès.

Youssef Aït Boulahcen dit n'être au courant de rien

Il promet qu’il n’était pas au courant de la présence en France de son cousin, Abdelhamid Abaoud, cerveau des attentats du 13-Novembre, au lendemain de l'attaque, ni de ses projets d'attentats futurs à La Défense, ni même que sa sœur, Hasna, instable psychologiquement selon lui l’hébergeait dans un squat de Saint-Denis. 

Beaucoup d’éléments dans le dossier jouent toutefois en sa défaveur : notamment ses 37 coups de fil échangés avec cette dernière avant qu’elle ne meure comme les deux terroristes dans l’assaut du Raid. "Il est évident que lui savait qui était là, déclare Me Gérard Chemla qui représente neuf parties civiles. Il a essayé de l’aider et ne l’a pas dénoncé."

C’est un type intelligent, cultivé et très clairement du côté d’Abaoud pour des raisons idéologiques. Pas aux côtés physiquement car il n’a pas pu le rejoindre mais aux côté dans la détermination. Quand sa sœur lui téléphone pour lui dire "il y a le cousin dans le bois" et qu'il faut venir l’aider, il n’hésite pas une demi-seconde. Me Gérard Chemla, avocat de neuf parties civilesà franceinfo

L'avocat poursuit en précisant qu'avant de se présenter à la police "quelques heures après la mort de sa sœur"Youssef Aït Boulahcen "va nettoyer son téléphone, jeter les puces et essayer d’effacer les traces"

Il s'agit là d'une étrange précaution pour un homme qui n’a rien à se reprocher, avait souligné en première instance le procureur. Ses conversaitions téléphonique en langage codé et les trois lions de sa photo de profil Skype sont des élements tout aussi étranges. Il y a également les documents jihadistes et la propagande antisémite retrouvés chez lui. Et puis, les policiers avaient relevé le code pin de son téléphone : 1811, ce qui correspond à la date de la mort de sa sœur.

Vous êtes à nouveau en ligne